Cela fait longtemps que je n’ai pas évoqué les jolis courriels que je reçois. Et pourtant, j’en ai reçu, cet été, pensez donc : en été, le mâle est de sortie, il chasse (avec des « kikou » assortis d’un numéro de téléphone mobile et d’un « apel moi » bien souvent, car le mâle qui chasse ne fait guère preuve d’originalité). Mais aujourd’hui, je tiens à souligner la subtile accroche marketing d’une boutique de sextoys qui, sous un prénom féminin se terminant par un -a (car nous savons tous depuis une formidable étude que les prénoms féminins en -a, etc.) m’adresse cette phrase : « Ca fait longtemps qu’on ne t’as pas vu ».

La pseudo-expéditrice serait donc, d’après l’intitulé, une copine de virée drague ou de shopping maquillage, un peu illettrée mais pas trop, parce qu’elle ne veut passer ni pour une intello (qui ne porterait évidemment pas de prénom en -a) en respectant les accords sujet-verbe ni pour une ignorante complète (puisque un accord est fait, avec le « t' », soit « te » confondu avec le pronom sujet). La femme en -a s’est donc subtilement glissée dans la peau de la fille de capacité intellectuelle moyenne, de la plus ou moins copine qui s’inquiète de ne pas avoir bu de mojito avec moi depuis au moins deux semaines. J’ouvre le courriel et là, stupeur, on me vouvoie : « Bonjour Stephanie, Ca fait longtemps qu’on ne vous a pas vu sur la boutique! » (en gardant quand même quelques petites fautes). Précisons que je n’ai jamais rien acheté sur la boutique en question.

Ce qui m’inquiète dans ce message, c’est l’idée que la boutique de sextoys expéditrice de ce message se fait de sa cliente lambda. En tout cas, mauvaise cible en m’adressant ce courriel, je ne bois pas de mojito et je respecte les accords grammaticaux.