Je rencontre, depuis quelques semaines, une lassitude envers les textes érotiques. Àtrop en lire, qu’il s’agisse de livres déjà publiés ou de tapuscrits que l’on m’envoie – pas toujours excellents il est vrai, et c’est une des probables causes de cette lassitude – j’ai l’impression de passer à côté d’autre chose, de m’enfermer dans une bulle faite d’écrits érotiques, d’interlocuteurs qui sont des auteurs de textes érotiques. Je me rappelle que F. m’avait dit, il y a longtemps à présent, que je risquais l’enfermement dans une « monoculture ». La lecture a toujours tenu une part importante dans ma vie, et cela continue, mais la littérature érotique, par moments, je l’envoie balader, basta !

Est prégnante cette impression d’être obligée de lire avant telle date, au moment de telle publication, tel livre, qui ne me plaît pas toujours. Je me force parfois à lire un livre bien que tel thème de roman ou tel documentaire qui n’a rien à voir avec la sexualité m’intéresserait alors davantage. Le livre sous contrainte, en somme. L’antipode de l’amour de la lecture, de la lecture-plaisir. Oui, parfois la lassitude me gagne et je lis autre chose. C’est comme une baisse de libido en somme, ça dure quelque temps avant qu’un nouveau pic n’inverse la tendance…