C’est souvent ainsi que sont présentés les livres numériques par rapport aux livres papier : dans un espace à côté, sans mélange. Ainsi, la dernière fois qu’il a été question dans le magazine Sensuelle de livres de la collection e-ros, c’était à l’extérieur des pages « culture/livres », dans un petit article qui évoquait moins les livres eux-mêmes, leur contenu, que le format particulier, le fait qu’il pouvait s’agir de lecture adaptées à la durée d’un trajet dans des transports en commun, etc.

Aujourd’hui, je découvre que le livre numérique acquiert une petite place avec les autres livres. C’est donc une bonne nouvelle pour les livres numériques en général, pour la collection e-ros en particulier. A voir en page 15 du magazine Sensuelle n°31.