J’évoquais précédemment le nom de la maison d’édition L’ivre-book, en vous racontant que plusieurs textes que j’avais écrit y seront publiés. Je vous parle à présent de L’ivre-book pour les livres numériques qui y sont déjà publiés, car je me suis intéressée à quelques écrits des collègues, dans d’autres genres littéraires : la maison propose différentes collections et s’oriente vers l’anticipation et le fantastique notamment.

Bref panorama des eBooks lus, en fonction de mes centres d’intérêt (je ne lis par exemple pas de fantasy) : Kidnapping de Romain Billot (jeunesse et fantastique), un eBook gratuit, extrait d’un recueil intitulé Contes du Grand Veneur. Un récit dont j’ai particulièrement aimé la chute. Je peux en dire autant de Carte non valide de Fémi Peters, publié dans la collection L’ivre-court (anticipation). Une femme, sur son lieu de travail. Une surveillance de tout instant. Jamais elle ne doit avouer une faiblesse et manquer de sourire… Le récit de Jean-Christophe Chaumette, La Voix du printemps, commence de manière très réaliste, la chute est fantastique. Le sujet de cet eBook de la collection L’ivre-court : un « pèlerinage » dans un camp de concentration pour une rescapée. Les souvenirs affluent…

La semaine dernière, j’ai lu le recueil Des Visages (éd. BooxMaker) et suis tombée sur un texte, On ne meurt que deux fois, de Raphaël Nomézine, un nom qui ne me semblait pas inconnu. C’est en effet aussi un auteur des éd. L’ivre-book. J’ai ainsi lu un eBook gratuit, La vague à lames, Gaby, que j’ai beaucoup apprécié. Cette nouvelle provenait d’un recueil de la collection Contemporia, Éphémères et diluviennes.

J’ai lu hier le recueil complet. Il s’agit d’un ensemble de nouvelles ou de fragments de textes, toutes des histoires d’amour et de pluie introduites par une citation émanant d’une chanson interprétée par Vanessa Paradis. Cela aurait pu me rebuter car je n’aime pas cette chanteuse, mais le mode d’approche m’a semblé intéressant. Ces histoires d’amour ne sont pas des histoires érotiques, je le précise, et c’est pourquoi je n’évoque pas Éphémères et diluviennes dans la section « littérature érotique » de mon blog, mais bien dans la section « généraliste ». J’évoque ce titre avec un peu plus de détails que les autres, parce que ce n’est  pas le premier texte que je lis de lui, et qu’il est fort possible que ce ne soit pas le dernier. Un auteur à suivre sans aucun doute. Pour commencer, pas plus tard que la fin du mois où il publiera une nouvelle dans la collection L’ivre-court, Monsieur Édouard. E-book annoncé comme une publication gratuite.

Les amours et la pluie sont semblables, éphémères et diluviennes. Et le vent les emporte avec lui, comme les feuilles d’un carnet à spirales qui égrènent mes courtes nouvelles, et qui volettent vers toi, lecteur. Sauront-elles te capter ?

A cet avant-propos, je réponds oui, sans hésiter.

Éphémères et diluviennes comprend les textes suivants ; Illusion d’optique, Never let her down, Apparition, A mort, amor, Pour Emy…, Un soir de pluie, La vague à lames, Gaby, C’est le vent, Betty…, Accident de parcours.

Plusieurs textes m’ont émue. C’est le cas de C’est le vent, Betty où une touchante petite fille s’exprime ainsi « Viens, papa. Dépêche-toi si tu veux rattraper la dame de tout à l’heure. C’est peut-être elle ma future nouvelle maman. »

Une mention particulière pour Never let her down, où à nouveau un chagrin doit être surmonté, celui d’une disparition (en l’occurrence d’une mort). Le récit d’une rencontre où tout s’enchaîne jusqu’au lit d’hôpital, où les êtres humains ont des failles et ne le cachent pas, où les personnages sont touchants dans leur misère affective.

La tonalité de La Vague à lames, Gaby est différente. Pour découvrir le style de l’auteur, vous pouvez télécharger gratuitement ce texte, et je vous en conseille la lecture. Nous sommes alors entraînés dans un récit qui mêle l’expression d’une jalousie et de sombres meurtres d’enfants.

Verdict de ce petit parcours à travers les publications des éd. L’ivre-book : des écrits de qualité et je suis heureuse de rejoindre tous ces auteurs.