Simple anecdote de ma journée : de passage en voiture à Montélimar, j’ai été surprise de voir de grands panneaux publicitaires pour un sexshop.

Tout d’abord, parce que je n’avais jamais vu un tel magasin s’offrir au grand jour une telle publicité (j’ai vu deux panneaux grand format à peu de distance l’un de l’autre, ainsi qu’un fléchage de la boutique). Ensuite, parce que le terme utilisé n’était bien entendu pas « sexshop », et pas plus les très lus « loveshop » ou « lovestore ». Le terme employé était  « boutique érotique » ; cela ne me semble pas commun. Mais je me trompe peut-être.