Il y a quelques jours, j’ai reçu le courriel suivant :

« Je souhaitais porter à votre connaissance la sortie d’un livre, « Ecrire un livre érotique ».
Je ne vous apprends rien ;), depuis « 50 nuances de grey » de E.L. James, l’érotisme en littérature a redonné des couleurs à l’édition, de l’inspiration aux auteurs et des envies de lire aux lecteurs. Longtemps décrié, il est devenu un véritable phénomène de société à l’échelle mondiale.
Silvia Adela Kohan est philologue, chercheuse et organise de nombreux ateliers d’écriture à Barcelone. Elle a écrit ce livre pour tous les amoureux de la littérature et pour tous ceux qui souhaitent acquérir une technique d’écriture. Elle y donne des astuces, des clés, des outils pour créer de l’érotisme dans un texte littéraire.
Une première dans le genre, ce livre est un manuel de référence car il s’appuie aussi sur de nombreux textes littéraires que l’on découvre ou redécouvre avec beaucoup de plaisir.
Pensez-vous envisageable de relayer cette information ?
Le livre est disponible en numérique et en papier. Toutes les informations se trouvent ici : http://www.clement-ed.com/?wpsc-product=ecrire-un-livre-erotique »

Alors bien sûr, si je place ce courriel sur mon blog, c’est que je veux bien relayer cette information. J’ai bien trop de difficultés par moments à faire en sorte que l’on relaye mes propres informations pour bouder les personnes qui sollicitent mon aide.
Seulement, j’ai envie d’ajouter quelques lignes :
Tout d’abord, le fait d’écrire un guide pour rédiger un livre érotique est semble-t-il une idée récurrente, puisque j’ai entendu dire qu’un tel guide était en train de s’écrire pour la collection Osez de la Musardine. On peut ajouter les stages d’écriture érotique, comme celui que j’ai évoqué récemment sur ce blog.
Ensuite, je ne suis pas d’accord avec ce qui est énoncé. L’inspiration est venue aux auteurs sans Cinquante nuances de Grey, et heureusement. Il est vrai par contre que des auteurs qui ne s’y intéressaient pas s’y intéressent à présent, souvent dans l’espoir d’écrire un best seller. La réalité est pourtant bien loin de ce rêve.
J’ajouterais que malheureusement, les lecteurs (lectrices le plus souvent apparemment) considèrent souvent que l’érotisme en littérature, c’est de la romance teintée d’un soupçon d’érotisme (le modèle Cinquante nuances probablement. Je souligne d’ailleurs qu’il est question d’ « outils pour créer de l’érotisme dans un texte littéraire » autrement dit, pas d’écrire une œuvre qui se réfère à l’érotisme de bout en bout), et je doute que cela serve d’autres écrits.
On décrie à mon sens tout autant la littérature érotique qu’auparavant, il n’y a que certaines œuvres qui franchissent des barrières, parce qu’elles ont l’aval des médias grand public : ce qui rentre chez vous par le biais la télévision a le droit de figurer comme sujet de conversation à table.
Il ne paraît cependant pas inutile qu’il existe un guide d’écriture propre à l’érotisme, car certains schémas peuvent se répéter, autrement dit, être identifiés et reproduits. Une analyse de textes est toujours utile. Mais seulement si l’on ne considère pas les résultats de cette analyse comme une voie toute tracée pour l’écriture, bien sûr.