Le livre aurait presque pu avoir sa place dans la rubrique « littérature érotique » de ce blog, car les premières pages du roman suivaient les péripéties sexuelles de Jessica. Seulement, le roman est un polar, et après ces passages de sexe explicite, suivent un enlèvement, des rivalités et conflits d’intérêt, l’atmosphère glauque d’une bar où l’on joue de l’argent, des surveillances et filatures, des mises en garde suivies d’agressions, des meurtres…

Florian, libraire, marié avec Virginie, a été séquestré puis relâche sans demande de rançon. La police n’y comprend rien. Le détective, cousin de la victime, non plus. Et Marc, frère de Virginie, journaliste, venu à la rescousse, pas plus.

Le récit suit les pérégrinations du détective, qui raconte cette histoire. Le point de vue n’est cependant pas toujours interne. La focalisation peut être différente, « omnisciente », lorsque Jessica et Jonathan se retrouvent par exemple. Jessica est en effet employée par Jonathan, lui même employé par le commanditaire de l’enlèvement… S’intercalent aussi des passages en italique, où Guy, un enfant, raconte l’école, le pensionnat, les brimades dont il est la victime, jusqu’au dédoublement de sa personnalité, son double protecteur l’entraînant à la vengeance… On comprend progressivement que cette vengeance est en lien avec l’enlèvement, mais on ignore jusqu’à la fin qui est Guy, devenu adulte.

Un roman qui donne envie de poursuivre sa lecture jusqu’au dénouement. Une chouette découverte faite au salon du livre d’Aigues-Mortes !

Séquestration, Michel de Roy, éd. De l’Enclave, 8,90€

(A noter également : une illustration de couverture de Jean-Claude Claeys, très réaliste, superbe ! Son site : http://www.jean-claude-claeys.com/)