Le titre m’évoquait le roman de Thomas Mann que j’avais adoré. La Montage magique de Jirô Taniguchi n’a cependant rien à voir avec ce roman. Il s’agit d’une BD mettant en scène un jeune garçon de 11 ans, Ken’Ichi, et sa petite sœur, pendant les vacances d’été chez leurs grands-parents. Mais s’ils sont chez leurs grands-parents, c’est parce qu’ils sont orphelins de père et que leur mère est à l’hôpital. On la sait gravement malade. Dans ce contexte difficile, les deux enfants vont faire la connaissance d’une étrange salamandre qui leur parle et qui leur promet d’exaucer leur souhait le plus cher. Le conte laisse une grande place aux mythes, celui d’une sorcière-ventouse qui hanterait les tunnels, près des ruines du vieux château, celle d’une forme de divinité de la nature, qui protège la montagne.

Cette BD à couverture souple, qui a figuré dans les abonnement Maximax, est destinée aux enfants déjà bons lecteurs. A dire vrai, sans être une enfant, j’ai été sensible à cette histoire simple et touchante.

Outre cette histoire, on peut trouver quelques pages d’interview de l’auteur. C’est quelque chose que j’aime bien trouver dans les livres, d’autant plus que les questions me semblent habillement posées.

Une très bonne affaire, puisque j’ai acheté cette BD dans un Emmaüs des environs pour la modique somme de 1 euro.

La Montagne magique, Jirô Taniguchi, éd. Casterman