sous-guiJ’ai entendu parler de l’auteure, Angéla Morelli, et notamment de son roman L’homme idéal (en mieux). Ce n’est pas ce titre que je viens de lire, mais un autre, plus court et plus ancien, Sous le gui. Ambiance de Noël pour un titre paru au printemps 2013…

Il s’agit d’une histoire d’amour naissante entre deux voisins, Julie, une jeune femme qui élève seule ses deux enfants depuis la mort trois ans plus tôt de son mari et un nouveau locataire dans l’immeuble où elle est responsable du syndic, Nicolas. Julie est un personnage touchant, sensible, à l’écoute de chacun. Ses enfants sont des perles (j’ai deux enfants de 9 et de 7 ans, moi aussi, mais ils n’ont rien à voir avec des personnages de fiction!), ses voisins sympathiques, et Nicolas est bel homme. Tous les ingrédients sont réunis pour passer un moment de lecture confortable, d’autant plus que le texte est bien écrit – même s’il y a des parenthèses dans le texte et que je n’aime pas trop ça. L’histoire d’amour est certes prévisible, mais c’est le genre qui le veut. On ne peut pas demander que l’histoire se finisse mal, on lit ce genre de textes pour que tout finisse bien !

Dommage que la couverture ne représente en rien le texte (mis à part que les personnages s’embrassent dans le texte).

Sous le gui, Angéla Morelli, éd. HQN, 1,99€