Il y a longtemps que je n’avais pas raconté ce que j’écrivais sous le pseudonyme de ChocolatCannelle, ce qui serait publié, etc. Voici des nouvelles :

Après la série de trois textes aux éd. Sous la cape au mois de juillet et début août, ce sera bientôt le tour d’un petit texte, Un Festin sous les draps, d’être publié, cette fois sur papier, aux éditions L’encre parfumée de Lys. L’éditrice, Laure Massibot, a révélé il y a quelques jours la couverture du recueil collectif intitulé Tintamarre des sens, et a réalisé un marque-page personnalisé pour chaque auteur. Voici la couv. et mon marque-page :

tintamarre-des-sens

Marque pages_ChocolatCannelle

Début 2015, normalement fin février, vous pourrez lire dans la collection e-ros & ceteri, aux éditions Dominique Leroy, un récit que j’ai écrit. Le texte est plus long que ce que j’ai jusqu’à présent donné à lire, deux fois plus long que Journal d’une sexothérapie ou À L’Estaminet, Enquête sexuelle. Il s’agit de Nathalie et ses bonnes œuvres. Un récit vif et enjoué, en plusieurs chapitres (avec une scène de sexe dans chaque chapitre : ça n’arrête pas, comme si les personnages ne pensaient qu’à ça !), écrit à la troisième personne vers laquelle je me tourne de plus en plus souvent (même si les récits à la première personne, avec une narratrice, dominent encore dans mes textes). Un texte de détente, et pour le lecteur, et pour moi lorsque je l’ai écrit. C’est même un texte pour une franche rigolade (enfin, selon mon humour personnel…). Chairminator s’est mis aussitôt à la tâche et a proposé l’illustration de couverture que vous pouvez voir ci-dessous. Nathalie, personnage principal du récit, est bénévole pour l’aide alimentaire…

Nathalie-bonnes-oeuvres

Du côté de L’ivre-book : la nouvelle Delirious est en attente de publication depuis un peu plus d’un an. Pour éviter de la publier seule (le texte ne fait pas 20 000 signes), l’éditeur, Lilian Ronchaud, m’avait demandé si je pouvais proposer deux autres textes pour constituer un recueil. Le premier, écrit début août, Aux Plaisirs de Déborah, a été agréé, ce dont je me réjouis beaucoup. Il s’agit d’une histoire un peu plus longue, d’une femme d’âge mûr délaissée par son mari, qui découvre… mais je n’en dis pas plus ! Je viens d’écrire le deuxième texte demandé : Après la pluie… Nous verrons donc si cette histoire courte pourra constituer la troisième nouvelle de ce recueil. A suivre !