La-Corde-au-couL’illustration de couverture montre des personnages souriants. Mais on ne voit qu’une partie du visage de la mariée et le marié est étrangement penché, prêt à enfiler une corde au cou. « Avoir la corde au cou », c’est bien ainsi que l’on parle du mariage. Sauf que dans cette histoire, ce n’est pas seulement une expression figurée.

A quatre jours d’un mariage, les préparatifs battent leur plein. Les soucis aussi. Agathe se trouve confrontée à l’hostilité de ses proches, à des sous-entendus, des avertissements à mi-mot, des rivalités, de la jalousie,… Quelques bouffées d’oxygène lorsqu’elle évoque la rencontre de son futur mari, la naissance de leur amour, avant de retomber dans la course du temps, jusqu’à la veille du mariage.

L’issue ne pouvait être que fatale, tant le climat était oppressant. L’épilogue, situé quelques mois après l’événement tragique, permet un éclairage. Ou peut-être, car on ne sait pas s’il s’agit du fruit de l’imagination d’Agathe. C’est dans son caractère d’imaginer quantité de choses, on le sait. Alors que croire ?

Un récit sombre, qui conduit vers l’inexorable. Un eBook auto-édité sur Amazon.

La Corde au cou, Lily Dufresne, 0,99€