J’ai croisé Jerk dans un recueil de textes érotiques, Tintamarre des sens, puis sur Facebook. Il a eu la gentillesse d’évoquer mon blog et ma participation à quelques confréries secrètes sur le sien et je lui ai proposé de répondre à quelques questions afin de se présenter à ses lecteurs et à ses futurs lecteurs dont vous ferez peut-être partie…

nouvelles-jerk

Peux-tu te présenter en quelques mots ?

JerkAlors… quelques mots quand on veut écrire, c’est souvent trop court. Je vais quand même essayer .
J’ai 36 ans donc je suis encore très jeune. Je suis marié, papa de deux charmantes filles, qui pour l’instant n’aiment que moi.
Je travaille au SAMU et comme toute personne exerçant un métier potentiellement stressant, j’ai besoin d’un exutoire : l’écriture. Enfin, entre autres vices, j’ai celui-là (et presque tous les autres).

Depuis combien de temps écris-tu ? Y a-t-il eu un déclic ? À quel moment as-tu cherché à te faire publier ?

J’écris depuis une dizaine d’années. J’ai toujours pris plaisir depuis l’école à écrire, et le souci de mes dissertations, c’était surtout l’excès de longueur. Mais écrire pour le plaisir de raconter des histoires, oui, ça doit faire dix ans environ. Le virus m’a repris en découvrant un RPG (Role playing games, ndt) qui s’appelle Fractal. J’y ai surtout découvert que l’écriture n’avait ni limite ni morale. Ça a méchamment agrandi mon terrain de jeu ! Le déclic, je pense, c’était ça. Quitter l’écriture de mémé pour raconter des histoires pour adultes. Violence, sexe, drogue… dans ce contexte là il n’y avait aucune limite.
Pour la publication, c’est différent. J’aime bien me frotter aux autres et surtout gagner. L’idée de base, c’était de tenter un concours d’écriture et de voir ce que ça donnait. Bingo, la copine que j’ai entraînée avec moi (Elena McCiestric) et moi-même avons été sélectionnés par les Éditions L’Encre Parfumée de Lys pour une publication papier dans le recueil Tintamarre des Sens. Et nous y avons pris goût…

Quels sont tes genres de prédilection ? Quels textes as-tu publiés jusqu’à présent ?

Je suis un mordu de SF, un grand fan de Stephen King, et aussi de grands classiques de la littérature. Hugo, Zola, Balzac (même s’il a une fâcheuse tendance à décrire sur quatre pages les briques des cheminées), je dévore. J’ai un livre de chevet : Les Noces Barbares de Queffelec. Une histoire déchirante, la seule qui ait réussi à me faire pleurer devant un livre.
Pour l’écriture, je suis plutôt nouvelles érotiques, mais aussi livres pour enfants. En mode grand écart quoi…
Premiere de couverture_tintamarre des sensJ’ai publié trois nouvelles (pour l’instant), toutes dans Tintamarre des Sens (le livre du concours dont je parlais juste avant).
– « Roulé dans la farine » raconte l’histoire d’une boulangère qui découvre un amant à son mari. Et que ça titille plutôt
– « Fighting Spirit » est un texte humoristico-érotique. Je me suis imaginé des ébats commentés par deux figures du sport à la télévision. Un match de boxe qui finit par de l’amour, c’est beau non ?
– « Les Honneurs », c’est l’histoire d’une héroïne à sa manière pendant la guerre qui reçoit une décoration bien des années plus tard. Et qui aime toujours la chair.

Peux-tu évoquer ton actualité littéraire ? Tes prochaines publications ? Tes projets ?

L’actualité, c’est trois nouvelles publications à venir.
J’ouvre le bas des publications Jeunesse des Éditions L’Encre Parfumée de Lys, avec un livre appelé « Les grands ne savent pas nous parler », qui aborde le thème du décès. D’autres textes sont en préparation, tous sur des thèmes difficiles, et ce sera mon grand projet 2015. Ça me tient particulièrement à cœur.
Deux autres nouvelles seront publiées dans le prochain recueil de textes érotiques de la même maison d’édition.
Enfin, un dernier texte va paraître pour une autre maison, suite également à un concours…
Je tenterai également d’autres concours cette année sans doute, par plaisir du défi !
Plus d’informations bientôt, promis !

Tu as récemment participé à un salon du livre. Peux-tu nous parler de cette expérience ?

J’ai participé au Salon du Livre régional, d’Etroeungt. Une première pour moi, et un vrai plaisir. À tous les jeunes auteurs qui hésitent à se lancer : foncez. L’accueil y a été absolument charmant, j’ai pu rencontrer des futurs lecteurs vraiment intéressés, d’autres écrivains passionnants, et croiser quelques amis venus me rendre visite. Franchement, vivement le prochain !

Tu as créé un blog intitulé Les nouvelles de Jerk. Pourquoi un blog ? Qu’y trouve-t-on ?

Le blog, c’est le moyen de contact avec ceux qui me suivent. Depuis peu pour certains, depuis le début pour d’autres. Je leur donne mes infos, les dates des salons, les liens vers les publications, mais aussi d’autres textes sur lesquels j’attends leur avis. Quand tu écris, c’est pour ton plaisir, mais aussi pour être lu. Montrer ses textes, ça pousse à écrire plus, et surtout mieux ! Et puis j’y partage aussi mes lectures, mes coups de coeur, mes états d’âme… j’invite ceux qui me lisent à suivre d’autres auteurs… C’est un vrai moyen de partage !

Comment vis-tu ta condition d’auteur ? Quels en sont les hauts et les bas, les qualités et les défauts ?

La condition d’auteur, c’est presque un gros mot. J’ai toujours du mal à me considérer comme un auteur. J’ai un travail chronophage au possible, une grande famille adorable, et j’écris quand j’ai le temps. C’est mon exutoire, un plaisir, et je n’en suis pas encore à en attendre des rentrées financières par exemple. Alors j’ai une condition d’homme heureux, je n’en demanderai jamais plus !
Bien sûr, il y a des hauts et des bas. La déception de ne pas être reçu à un concours, ça fait toujours un coup. À l’inverse, la réception du mail qui te dit que tu es retenu, ça, c’est du bonheur en barre. Et puis la rencontre des gens en salons. J’ai adoré, je recommence dès que possible.
Mes qualités… je dirai l’imagination et l’absence de carcan moral dans l’écriture des textes adultes. Mon défaut… la concordance des temps, mais j’y travaille !

Un mot final ?

Le mot de la fin ? Une maxime plutôt : « Primum Vivere, deinde philosopharii »
Vivre d’abord, se prendre la tête ensuite, pour une traduction triviale !
Et un grand merci pour l’interview, ma première. En espérant n’avoir été ni chiant ni trop bavard !

 

La page facebook de Jerk : https://www.facebook.com/jerkfractal

Son blog : http://www.lesnouvellesdejerk.be/