osez-sexe-plusieursLe dernier « osez 20 histoires » est paru il y a quelques jours. Il s’agit d’Osez 20 histoires de sexe à plusieurs. Comme je ne l’ai pas encore reçu, je ferai un billet de blog axé sur ma lecture plus tard… Je souhaitais simplement signaler cette parution ainsi que ma participation, sous le pseudonyme de ChocolatCannelle bien sûr, à cet opus avec une nouvelle un peu folle intitulée Consultation. C’est ma cinquième participation à cette collection. Ce n’est objectivement pas beaucoup, mais tout de même, cela commence à faire une petite liste dans ma biblio.

(On retrouve aussi dans ce titre plusieurs auteurs habituellement croisés, ce dont je me réjouis. Parmi eux, Clarissa Rivière, Julie Derussy, Frédérique Gabert, Noann Lyne, Aline Tosca, Rita, Adrien Carel, etc. – mais j’y reviendrai !)

Je n’aime pas toujours mes textes ; or, celui-ci, je l’aime bien, surtout parce que je me suis beaucoup amusée à l’écrire. Il est farfelu, il ne faut pas chercher une once de romantisme (autrement dit, mon texte va déplaire à beaucoup) : c’est une histoire de cul du début à la fin. Il n’y pas vraiment d’histoire : la narratrice raconte ses expériences à son médecin, c’est tout… mais de temps en temps, ça fait du bien d’écrire un tel texte (et d’en lire aussi, du moins est-ce mon avis).

Le thème, vous l’avez compris, c’est « sexe à plusieurs ». Je me suis demandé ce que cela donnerait s’il n’y avait en réalité aucune scène de sexe à plusieurs, si tout tenait dans le récit du personnage et qu’au premier niveau de la narration, il n’y avait qu’une scène de sexe à deux (et encore, minime, elle n’est qu’esquissée). Le sexe à plusieurs est donc dans les propos de la patiente. Elle consulte pour sa nymphomanie. Seulement, on ne sait pas si elle relate ce qui s’est « réellement » (j’adore l’idée du « réel » dans la fiction) déroulé ou si ce récit ne fait que participer à son plan. Bref, il n’y a peut-être pas de sexe à plusieurs du tout, même si on lit une telle scène.

Osez 20 histoires de sexe à plusieurs, Collectif, éd. La Musardine, 8,20€