facteur-femmesJ’avais lu un article sur Facteur pour femmes dans un précédent numéro du magazine Canal BD et cette bande dessinée me faisait très envie. Hier, je l’ai trouvée en librairie, je l’ai donc achetée et lu aussitôt.  Là encore (je fais référence à un autre achat effectué hier, Sunstone tome 1), c’est une belle découverte et un très bon moment de lecture.

Il faut tout d’abord que j’aime les dessins, que j’aime le trait, les couleurs. Avant même de regarder quelle est l’histoire, c’est à cela que je m’attache. Et là, rien qu’à voir cette couverture, j’aime beaucoup. Ensuite, il y a l’histoire, la petite et la grande. La mobilisation de 1914 vide une île bretonne de ses hommes. Il ne reste que les vieux et un jeune au pied-bot. Celui qu’on ne regardait, qu’on n’aimait pas, qui n’osait pas… Subitement, il devient indispensable, il devient le facteur qui apporte bonnes et mauvaises nouvelles. Il se sert de cette position de confident, de consolateur, il joue avec les mots qu’il lit ou qu’il écrit pour les fiancées, les épouses, les travestit afin de parvenir à ses fins : séduire toutes ces femmes isolées, prêtes à succomber. Mais tout à une fin, comme le rappelle la 4e de couverture. Même la guerre.

C’est une belle histoire, elle n’est pas morale, elle ne finit pas spécialement bien non plus, elle séduit pourtant dans sa simplicité, grâce au décor des fermes de campagne, des rochers léchés par la mer, des chemins caillouteux, grâce aux personnages, ces femmes qui ont besoin d’un homme entre leurs cuisses comme elles peuvent le dire en toute franchise, celles qui hésitent, ainsi que ce facteur de guerre, homme que l’on plaindrait presque au départ qui ruse, abuse, en devient odieux.

Des extraits sur le blog de Sébastien Morice : http://sergentpenruz.canalblog.com/archives/2014/06/02/29996143.html ou encore http://sergentpenruz.canalblog.com/archives/2014/08/25/30471865.html

Facteur pour femmes, scénario de Didier Quella-Guyot et dessins et couleurs de Sébastien Morice, éd. Grand Angle, 18,90€