sauvage-bdAutre livre emprunté à la bibliothèque aujourd’hui : Sauvage, Biographie de Marie-Angélique Le Blanc (1712-1775), une BD scénarisée par Aurélie Bèvière et Jean David Morvan, d’après le texte de Serge Aroles. Dessins et couleurs de Gaëlle Hersent. La BD est récente, puisqu’elle a été publiée au début de l’année aux éditions Delcourt.

J’ai été attirée, en passant devant les rayonnages de BD, par la couverture : « sauvage », le titre, et puis cette femme qui dévore une grenouille, accroupie au bord de l’eau. L’histoire de cette Marie-Angélique autrefois nommée Louve dans sa langue natale est présentée par tranches, au gré des souvenirs qui ressurgissent. On assiste ainsi à sa civilisation progressive (bien que les êtres civilisés soient parfois inhumains) mais aussi à l’évocation de son enfance malmenée jusqu’à sa fuite avec une enfant noire dont elle ne comprend pas la langue.

Je n’ai pas été très sensible aux illustrations, mais je dois reconnaître qu’elles rendent assez bien compte de cette sauvagerie – celle de l’existence de ces deux filles qui doivent chasser pour vivre, mais surtout celle des êtres qui jugent et condamnent sur des a priori.