mondaine-1mondaine-2BD en deux tomes avec un choix de couverture que je trouve très réussi, sobre et percutant, La Mondaine évoque l’histoire de l’inspecteur Louzeau, jeune recrue de la brigade mondaine, qui découvre dans le premier tome les planques ratées derrière un journal, le lexique des perversions, fait de la bicyclette, se rend dans une maison close. Beaucoup d’insouciance s’il n’y avait pas la guerre en toile de fond. Ce sont en effet des souvenirs qu’il évoque, dans une cave, pendant un bombardement. De l’insouciance, mais aussi des secrets qui se dévoilent, comme celle liée à son père, fou, autrefois prêtre. Des drames sous-jacents, l’humiliation de sa mère, tout ce qu’elle a dû supporter sans le pouvoir. L’insouciance, c’est aussi le rêve, celui que Louzeau faisait gamin de devenir chef indien. L’imagination, le recours quand tout va mal. Le deuxième tome est plus sombre, beaucoup plus sombre, des drames encore, la guerre est installée, les juifs arrêtés et enfermés, la mystérieuse femme du Zoothrope, Eeva, hante les pensées de Louzeau qui va voir la panthère au zoo. Et s’il partait avec Eeva vers une île imaginaire, leur île ? Petites et grandes traîtrises, indifférence, tant de choses tuent, même l’amour.

J’aime beaucoup les BD qui ont pour toile de fond une période historique. La fin des années 30, le début des années 40 pour celle-ci. La Mondaine m’a beaucoup plu. Au niveau du dessin, c’est surtout l’expression des personnages que j’ai trouvée intéressante, les visages ridés…

La Mondaine, BD en deux tomes, scénario de Zidrou, dessin et couleurs de Jordi Lafebre, éd. Dargaud
Tome 1Tome 2