ancien-regime-begaudeauDans la nouvelle collection des éditions Prisma, intitulée Incipit, va paraître le 23 mars prochain ce titre : L’ancien régime. Qui, contrairement à ce que le titre peut évoquer, ne concerne pas cette période de l’histoire, mais porte sur l’entrée à l’Académie française de Marguerite Yourcenar, première femme à y être élue.

Incipit, tout d’abord, qu’est-ce que c’est ? une nouvelle collection, disais-je. Une collection qui met l’accent sur une première fois, avec ses aspects historiques, mais aussi les faits inventés par l’auteur. Un mélange de documentaire et de fiction débridée. En l’occurrence, on ne sait pas vraiment si Marguerite Yourcenar affectionnait tant les cookies et autres meringues quand elle buvait du thé…

L’ancien régime évoque tout d’abord l’histoire de la création de l’Académie française par Richelieu. Il fallait inventer le français, ni plus ni moins. Puis il est question de l’immobilisme des Académiciens et de leur opinion. Et comme il fallait que cela change, rien de mieux que de donner l’illusion de changer en acceptant une femme parmi eux. Marguerite Yourcenar représentait l’écriture plus que son sexe.

François Bégaudeau conte cette histoire dans des phrases de bric et de broc, il fait fleurir de nombreuses comparaisons saugrenues, des métaphores qui arrivent comme des cheveux sur la soupe. Le style est alerte, mais quelque peu déroutant. Sa fantaisie peut plaire. J’aurais préféré pour ma part une écriture plus classique, plus euh… académique ?

Le livre est de petit format, les caractères sont gros et il n’y a qu’un peu plus de cent pages. Il se lit donc très vite. Son apparence est très soignée, illustration de couverture, rigidité de la couverture, rabat, feuilles épaisses et très blanches. C’est un bel objet.

Pour clore le livre, suite au récit fantaisiste de l’auteur, on peut lire quelques pages documentaires qui tracent l’histoire de l’Académie française.

L’ancien régime, François Bégaudeau, éd. Prisma, coll. incipit, 12€ (sur le site de Gilles Paris)