comment-sauver-couple-pasIl faut avoir des enfants ou travailler avec des enfants pour connaître l’auteure, Stéphanie Blake. A la maison, trois de ses livres que j’ai lu, relu, re-relu, et que je montre encore (nous commentons les images plus que je ne lis avec mon fils cadet) : Bébé cadum, Je veux des pâtes ! et Superlapin. Tous publiés à l’École des loisirs. Le personnage récurrent de ces titres, c’est Simon, un petit lapin qui dans l’un a un petit frère, dans l’autre veut manger des pâtes quand on lui présente autre chose (et autre chose quand il a des pâtes !) et enfin se prend pour un super héros. Si j’évoque ces titres (quelques-uns parmi la longue liste de livres pour enfants de Stéphanie Blake), c’est parce que Comment sauver son couple en 10 leçons (ou pas) qui vient de paraître aux éditions Mazarine (Fayard), livre pour adultes cette fois, utilise des personnages de lapin. Un couple, les possibles parents de ce petit Simon qui aurait grandi…

bandeau-Sauver-couple

En l’occurrence, un couple qui n’est pas en phase. C’est elle, Siri, qui se pose des questions, qui tente de trouver des solutions, autour de problèmes que son homme ne semble pas percevoir. L’absence de communication est flagrante. Quand chacun parle, c’est pour dire autre chose que ce qu’il pense. Il y a donc dix leçons (et Siri semble composer à ce sujet un livre, celui que nous tenons entre les mains ?), dix tentatives, vouées à l’échec. Certaines ont pu me faire rire, comme le fait de profiter de l’absence des enfants pour se sauter dessus… alors que l’enfant en question revient à l’improviste parce qu’un prof est absent. Entre ces « leçons » qui n’en sont pas vraiment, des bribes de leur vie, jour à jour, avec le même plat servi et resservi, avec les discussions entre hommes, les discussions entre filles, les reproches ou les mots gentils qui n’ont guère d’effet. Une courte histoire par planche, quelques pages avec une seule illustration.

Dans ce Comment sauver son couple en 10 leçons (ou pas), il y a beaucoup de scènes comiques malgré cette situation d’incompréhension et réciproquement beaucoup de tristesse, d’incertitude sur l’avenir et d’ennui malgré les rires produits. On ne peut pas dire que le livre soit drôle ou triste, il est tout à la fois.

Les dessins ne sont pas soignés, on a une impression de « brouillon », d’immédiateté du trait sur la page, comme si Siri elle-même dessinait ses idées et les anecdotes de sa vie. Je n’aime pas trop ça, je préfère le trait des albums pour enfants précédemment cités.

extrait-sauver-coupleComme dans Bébé cadum par exemple (si son petit frère reste à la maison, Simon menace de « faire caca partout »), l’humour peut être bêtement scatologique (en l’occurrence, une envie de péter pendant un cours de gym ou une fille qui annonce qu’elle fait caca par terre alors que sa mère est au téléphone pour raison professionnelle). De l’humour à ras le sol si je puis dire, qui contraste avec les interrogations de Siri (doit-elle quitter son homme ? est une question récurrente).

Au final, un album à lire non pas pour trouver des conseils sur le moyen de sauver son couple (La parenthèse « ou pas » qui suit le titre indique bien le côté hasardeux, voire contreproductif, des leçons en questions.) mais plutôt pour se distraire et peut-être prendre le contre-pied de certaines situations.

Comment sauver son couple en 10 leçons (ou pas), Stéphanie Blake, éd. Mazarine, 16€ en format papier, existe aussi en version numérique.