Non-exclusifJe viens de terminer à l’instant le dernier roman de Catherine Charrier aux éditions Kero, Non exclusif. Un joli roman sur l’amour, sur l’attachement (à son amant, à sa famille, à son patron, à la mémoire de son père, à sa voisine – une vieille dame pleine de sagesse devenue sa confidente). Un roman triste aussi.

Laure apprend par inadvertance que l’homme qu’elle aime voit une autre femme, depuis plus longtemps qu’elle, qu’il lui est attachée. Un raz-de-marée dans sa vie. Il lui faut digérer le mensonge, reprendre la main, exercer un choix. Son patron meurt, lui qui était une figure paternelle de remplacement en quelque sorte ; or sa place de conseillère suscitait bien des jalousies. Laure perd son travail. Deux êtres auxquels elle se rattachait l’abandonnent. Une femme l’épaule : sa voisine au passé méconnu, une vieille dame qui sait écouter et conseiller judicieusement. Et puis son cousin Quentin, son presque-frère et la femme de celui-ci, Flo, tous deux si complémentaires l’un à l’autre. Pour se ressourcer, il y a aussi l’océan, la Vendée.

L’auteure réussit particulièrement les portraits dans ce roman. Celui de Vincent, celui du père, celui du patron, celui de « l’autre femme ». Une évocation assez pudique de l’attirance d’une femme pour une autre, alors même que cette femme se sent hétérosexuelle, est également digne d’intérêt. On trouve  aussi dans ce roman – et c’est ce que j’ai préféré je crois – les réflexions de Laure sur la fidélité, l’engagement, l’exclusivité, le polyamour, la difficulté pour une femme d’avoir une seconde vie amoureuse, passé un certain âge (Laure a quarante-cinq ans), l’écart qui se creuse entre hommes et femmes dans l’engagement d’un possible nouvel amour – au détriment des femmes.

En quinze jours, la vie de Laure a totalement basculé. Mais elle vit, et c’est là l’essentiel.

Non exclusif, Catherine Charrier, éd. Kero, 17,90€ en format papier, 12,99€ en format numérique