Quand j'étais Jane EyreQuand j’étais Jane Eyre est un roman de Sheila Kohler qui relate la vie de Charlotte Brontë, auteure du célèbre Jane Eyre. Il ne s’agit d’une biographie à proprement parler, mais d’un roman bien documenté, disons d’une biographie romancée. J’avoue que j’ai surtout craqué sur la couverture (façon théâtre d’ombre, comme dans les films d’animation de Michel Ocelot), et sur l’offre de « deux livres des éditions 10/18 achetés, un offert » sur le site de la Fnac… J’ai lu Jane Eyre quand j’étais enfant, mais je crois qu’il s’agissait d’une version adaptée aux jeunes lecteurs. J’ai ensuite vu au mois une adaptation cinématographique. Il faudrait que je me plonge dans le texte en le téléchargeant sur ma liseuse (un des intérêts de la liseuse est de pouvoir accéder gratuitement aux livres libres de droit !) J’avoue que jusqu’à présent, je confondais tout le temps les prénoms des sœurs Brontë, car j’ai bien sûr lu aussi les Hauts de Hurelevent. Qui a écrit quoi ? A présent, je ne confondrai plus, je sais quelle ont été la vie de Charlotte et celle de ses sœurs Emily et Anne, grâce à ce livre, Quand j’étais Jane Eyre.

Ce titre relate la vie de Charlotte depuis l’opération des yeux de son père, au moment où elle commence l’écriture de Jane Eyre, jusqu’à la célébrité, quand elle révèle que le pseudonyme qu’elle avait utilisé cache cette réalité : elle est une femme, vit en Province, est la modeste fille d’un pasteur. Quelle revanche après avoir reçu un courrier, quelques années plus tôt, où on lui disait qu’une femme ne peut pas se piquer de littérature, qu’elle laisse cela aux hommes… Il y a aussi quelques évocations du passé, du pensionnat, du séjour à Bruxelles. Des évocations surtout du professeur, sujet de son premier roman qui a été refusé, qu’elle a aimé et qui lui inspire aussi le personnage de Rochester. Sans compter sa propre expérience d’institutrice et de gouvernante d’enfants indisciplinés. Quelques mots sont dit également sur le reste de sa vie, jusqu’à sa mort.

Un livre intéressant, pas une grande oeuvre, mais un livre tout de même plaisant à lire.

Quand j’étais Jane Eyre, Sheila Kohler, traduit de l’anglais par Michèle Hechter, éd. 10/18, 7,50€