Le Bon Usage des compliments - Isabel Dalhousie - Alexander McCall SmithAprès avoir lu trois livres des Chroniques Édimbourg, je me suis orientée par hasard sur la série consacrée au personnage d’Isabel Dalhousie, chez le même auteur, Alexander McCall Smith. Il y a eu tout d’abord Le café du matin réserve bien des surprises, une nouvelle disponible uniquement en format numérique, et puis à présent un livre que j’ai trouvé à la bibliothèque : Le Bon Usage des compliments.

Ce roman est le 4e de la série consacrée à Isabel Dalhousie, philosophe, mère d’un petit garçon, dont le père, musicien, est plus jeune qu’elle – et très beau. Pourquoi je raconte cela ? Parce que cela a une certaine importance dans ce tome : la nièce d’Isabel était sorti auparavant avec lui et elle garde rancune à Isabel de lui avoir pris son amant (bien que les faits ne se soient pas déroulés ainsi). Plusieurs fils se nouent dans ce roman. Cette histoire d’amour, de rivalité, de difficile pardon tout d’abord. S’y ajoute un licenciement : Isabel est rédactrice en chef d’une revue de philosophie depuis plusieurs années et on la congédie cavalièrement. Va-t-elle choisir de passer l’éponge ou de se battre ? Une question annexe est celle de l’argent, du pouvoir qu’il procure, de la façon de le dépenser sans culpabiliser. Enfin, l’enquête en elle-même, car il y a enquête (Isabel a la réputation de se mêler de ce qui ne la regarde pas) sur un tableau. Est-ce un faux ?

Le tout se passe bien sûr à Édimbourg, dans le milieu des universitaires, des marchands d’art, dans une sphère culturelle. Je trouve beaucoup de similitudes avec les Chroniques d’Édimbourg, Isabel ressemble à la fois un peu à Angus (quand elle récite des poèmes notamment, il est d’ailleurs fait référence au même texte sur les anges dans ce roman et dans les Chroniques) et à Domenica. Les galeries d’art font aussi penser à Matthew et à sa protégée. Le tout est par contre un peu moins vif, a moins de fraîcheur. Cela est dû surtout, je pense, à la composition : les Chroniques obéissent à l’impératif du court chapitrage puisqu’il s’agit initialement d’une publication en feuilleton. L’auteur doit donc être bref, relancer l’intrigue, tenir en haleine le lecteur d’un épisode à l’autre… J’ai une préférence pour les Chroniques, même si les aventures d’Isabel Dalhousie et notamment ce roman, Le Bon Usage des compliments, est loin d’être désagréable à lire.

Une lecture de plus de cet auteur écossais – autrement dit, une lecture de plus pour mon challenge de lecture sur l’Écosse sur Livraddict !

Le Bon Usage des compliments, Alexander McCall Smith (le roman existe aux éd. 10/18, je ne l’ai trouvé pour ma part que dans une édition avec de gros caractères pour les personnes qui ont des problèmes de vue, c’était assez étrange de lire un texte avec une telle taille de police !)