rodin-amoureuxLes éditions Rabelais poursuivent la publication de titres présentant un grand homme (ou une grande femme, c’est prévu aussi !) et ses amours. J’avais lu Picasso amoureux et Napoléon amoureux. Je viens de recevoir Louis XIV amoureux et Rodin amoureux (mais il y a d’autres titres parus : Gauguin, Balzac et Victor Hugo ont fait l’objet d’un titre) et de lire celui sur Rodin écrit par Frédéric Ferney dont j’ai plaisir à retrouver la plume (vu qu’il est également l’auteur du volume sur Picasso). F. Ferney réussit à captiver le lecteur en oralisant son récit. Il nous conte la vie de l’artiste avec de nombreuses interjections qui rendent le texte vivant.

Qui Rodin a-t-il aimé ? On commence par lire l’annonce de son mariage, à la fin de sa vie, avec la si fidèle Rose, présente dès les débuts, jamais très loin, même quand Auguste Rodin a d’autres maîtresses. Pauvre Rose, si serviable, si dévouée, si obéissante… Mais la plus grande part du livre s’intéresse à une autre figure féminine, celle de Camille Claudel, l’élève, l’artiste, la maîtresse si peu obéissante, qui aime et qui hait. En parallèle, les œuvres, les sculptures de l’un et de l’autre. Quelques autres figures féminines passent, témoignent de l’engouement de Rodin pour les femmes. En découle le portrait d’une sorte de satyre, d’un homme en rut, puissant et assez brutal.

« Eh ! Quoi ! la sculpture n’est ni douce ni chaste ! » écrit F. Ferney en fin d’ouvrage. La sculpture ressemble alors à Rodin ou Rodin à la sculpture.

Comme dans tous les livres de cette collection, on peut admirer une riche iconographie. Je trouve cependant dommage que les œuvres de l’artiste n’aient pas pris davantage de place et que se glissent tableaux ou autres représentations qui sont parfois un peu plus éloignées du propos.

Rodin amoureux, Frédéric Ferney, éd. Rabelais, 14,90€ (parution le 18 octobre 2016)