Vous avez reçu un message de Jena RoseVous avez reçu un message est un roman d’amour avec des scènes de sexe, dans la mouvance actuelle de la « romance érotique », du « new adult » ou autres dénominations, de la collection « Black moon romance » dont je n’avais encore jamais rien lu.

Il existe un certain nombre de ressemblances entre ce titre et Sex in the kitchen d’Octavie Delvaux : l’héroïne est une blogueuse culinaire, elle a une amie croqueuse d’hommes qui expose des maximes imagées – notamment sur le sexe (pas toujours de bon goût cependant : « piquer sa fourchette dans un ravioli » ne me semble guère appétissant, mais on peut l’imputer au caractère du personnage : elle est excessive et déblatère à tout propos), elle reçoit des messages d’un inconnu qui ne la laissent pas de marbre, est entraînée à jouer des jeux (d’écriture, d’énigme, de piste). Cela dit, les ressemblances s’arrêtent là, tant pour l’histoire que pour le style, tout auteur n’ayant pas la plume et le talent d’une Octavie Delvaux.

Ce qui est frappant avec ce roman, Vous avez reçu un message, c’est qu’on ne peut pas le lâcher avant la fin. Malgré des qualités d’écriture basiques (je dirais que ce n’est pas un texte destiné à être une œuvre littéraire), malgré l’incongruité des situations (quand on y réfléchit, il est impossible de comprendre les motivations des personnages à agir de telle ou telle façon, il aurait été bien plus simple, plus normal de régler la situation dès le départ… ah mais bien sûr, le livre n’aurait pas lieu d’exister dans ce cas), on reste scotché pour savoir tout d’abord si l’inconnu est bien l’amour de jeunesse de l’héroïne ou un canular ou le fiancé réalisant un test de fidélité ou un inconnu qui a réussi à prendre des renseignements, etc. On se demande aussi bien sûr ce qui s’est réellement passé huit ans plus tôt, même si on devine que l’amour de jeunesse est le gentil et le parfait fiancé n’est qu’un hypocrite – évidemment, sinon le livre n’aurait pas lieu d’être non plus. On devine, mais on a besoin d’une confirmation, donc d’avancer dans la lecture. C’est subtilement mené et je comprends l’engouement que peut susciter ce type de lecture. On joue avec le lecteur (enfin, la lectrice), avec ses attentes, ses besoins d’un happy end. Le livre est franchement bien conçu. Alors non, ce n’est pas de la littérature, c’est rédigé plus qu’écrit, le changement de point de vue est assez mal conçu à mon avis, mais c’est prenant.

Un point sur les scènes de sexe, puisqu’il y en a plusieurs : elles sont lisibles par le plus grand nombre, car le texte évite à tout prix de choquer, tout vocabulaire un peu précis est éludé (on remplace les mots honnis par « son intimité », « son bas-ventre », « son désir » – ce qui signifie la verge bandée, je le précise, je me souviens même d’avoir lu « son impatience », je crois que c’était pour désigner la même verge quelques instants plus tard).

Un roman de plus de trois cent cinquante pages (d’après ma liseuse) qui se lit vite. A savoir cependant : le roman en lui-même est concentré sur 70% environ du contenu, car il est suivi de deux longs extraits d’autres romans.

Vous avez reçu un message, Jena Rose, éd. Hachette, coll. Black moon romance, 10,99€