Les nouvelles de ce début de mois me semblent assez proches de celles du mois dernier. Quelques lectures, pas d’écriture (mais je vais essayer de prendre un peu de temps pour ça), des travaux manuels.

sac

Et comme on m’a demandé ce que je faisais, je vous en montre un échantillon. Je confectionne de la sorte plusieurs cadeaux pour Noël. Les petits sacs à main sont destinés à des nièces ou aux filles d’amis. J’en suis au troisième, grenat, après avoir réalisé ce rose-là et un violet. Je confectionne aussi des chapeaux. Enfin bon, vous imaginez le genre. Je suppose que cela ne vous passionne pas, mais personnellement, ce genre d’activité me détend.

Sur facebook, je suivais à un moment un groupe des « perles des libraires ». Le client y avait souvent tort, il était insupportable ou ignorait tout du livre qu’il recherchait. En général, les remarques se faisaient dans la bonne humeur, mais c’était quand même les erreurs des clients qui étaient pointées. Je voudrais faire remarquer tout de même quelque chose, à cause d’une mauvaise expérience récente en librairie : les problèmes liés aux libraires existent aussi. Quand on dispose d’un titre et d’un nom d’auteur, quand on cherche en rayon et ne trouve pas, sollicite un libraire qui recherche sur son ordinateur (après qu’on lui a épelé le titre), qui dit qu’effectivement le titre en question (un classique de la littérature jeunesse) n’est pas en rayon, que se passe-t-il ? En l’occurrence, je demande si je peux commander le livre en question. Sauf qu’on ne répond pas à ma demande, parce qu’il y a plusieurs éditions possibles, qu’il faudrait rechercher exactement laquelle prendre (il y en a en anglais et en français, il y a donc un petit travail de débroussaillage à faire par le libraire pour éviter de se tromper en commandant le titre en v.o.) et que cela prendrait apparemment trop de temps pour s’en occuper. Conclusion : je me suis déplacée exprès, ou presque parce que j’avais une autre course à faire en ville, mais c’est tout de même à dix kilomètres de chez moi, et je rentre bredouille. Sur Internet, j’ai ciblé en rien de temps une édition qui me convenait et l’ai commandée. La prochaine fois, je ne suis pas sûre de faire la démarche de me rendre dans une librairie. (Que voulez-vous, j’ai mauvais caractère, je suis rancunière.)

Je ne vais pas finir sur cette note négative, si ?

Allez, une bonne nouvelle (du moins pour moi) pour conclure : je passerai quelques jours à Londres au printemps. Je n’ai encore jamais mis les pieds en Angleterre, je suis très heureuse de m’y rendre enfin.