Poésie scolaire

Au secours, ma fille doit apprendre une nouvelle poésie ! Ce n’est pas l’apprentissage qui pose problème, c’est le poème en lui-même. Du moins, cela me pose problème, parce que je trouve le texte complètement nul. Aussi nul que le précédent.

A quoi voit-on que je vieillis ? (N’évoquez pas ma prise de poids et les cheveux blancs qui apparaissent, merci.) Au fait que je pense « c’était mieux de mon temps ». Cela dit, pour faire mieux, ce n’est pas difficile, vu les textes choisis.

La poésie scolaire, est-ce un genre à part ? Écrit-on des niaiseries en français parfois approximatif, avec du vocabulaire de base, uniquement pour les écoles ? Fait-on des concours du poème le plus bébête afin de le transmettre aux professeurs des écoles qui le font ensuite ânonner à leurs élèves ?

Le poème de la semaine, pour ma fille, c’est La grève des sapins. Précisons que ce poème n’est pas destiné aux CP mais aux CM1…

Les sapins sont fatigués
A la fin de chaque année
Toutes ces guirlandes à porter
Ça leur donne le dos courbé

Moi, ça me courbe le dos de lire un texte pareil.

Le précédent portait sur Haloween :

A l’école des sorcières / On joue dehors dans les cimetières / D’abord à saute-crapaud / Ou bien au jeu des gros mots / Puis on s’habille de noir / Et l’on ne sort que le soir

Des poèmes pareils, je suis même capable d’en écrire, et pourtant, je n’ai rien d’une poétesse…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

  1. Ping : Le Jouet, un poème érotique - poème érotique

  2. Je comprends ton désarrois ! Ma fille (CE2) apprend Rimbaud, Hugo et Georges Brassens. Dommage que la qualité de l’enseignement dépende aussi souvent des goûts de la maîtresse…