A comme Arsenic, Les poisons d'Agatha ChristieA comme Arsenic est un livre dont j’ai terminé la lecture en décembre et que je n’ai pas encore pris le temps d’évoquer sur ce blog… Il le mérite, pourtant !

A comme Arsenic fait un inventaire des poisons utilisés dans les romans d’Agatha Christie. Que sont ces poisons ? Y a-t-il un antidote (ou y en avait-il un au moment de l’écriture des romans) ? Comment ces poisons agissent-ils ? Comment les détecte-t-on ? Agatha Christie avait-elle connaissance d’affaires criminelles qui avaient mis en avant l’utilisation de ce poison ? Quels étaient les meurtres et faits divers de l’époque dont elle aurait pu avoir pris connaissance ? Comment ce poison est-il mis en scène dans l’oeuvre d’Agatha Christie ? Est-ce réaliste ?

Agatha Christie avait une connaissance médicale certaine. Elle n’emploie pas n’importe quel poison, ne décrit pas de symptômes fantaisistes. Tout au plus certains éléments, de çà de là, peuvent être sujets à caution.

Il y a aussi une certaine originalité dans l’emploi des poisons. Tout poison n’est pas arsenic, loin de là. La diversité des substances est importante.

Les passages que j’ai préférés : la mention des affaires criminelles de l’époque, qui sont des sources possibles pour la création littéraire. Il y a même eu une affaire criminelle post-roman : un homme s’est inspiré d’un roman d’Agatha Christie pour une tentative d’empoisonnement. Surprenant !

Les passages les plus délicats à lire sont d’ordre biologique. Quels neurotransmetteurs par exemple sont touchés dans le cas d’utilisation de telle substance… Pas toujours évident à suivre quand on n’a pas de culture scientifique.

A comme Arsenic est une plongée originale et intéressante dans l’oeuvre de la romancière Agatha Christie.

Je ne sais pas ce que vous en pensez, mais j’aime aussi beaucoup la 1e de couverture…

A comme Arsenic, Les poisons d’Agatha Christie, Kathryn Harkup, traduit de l’anglais par Philippe Bonnet, éd. JC Lattès / Le Masque, 23€ en version papier, existe aussi en version numérique.