Le Grand Roman des maths, Mickaël LaunayLes maths, c’est quand même chouette… Cela a pu l’être pour moi jusqu’à l’arrivée en classe de 2nde où tout est devenu incompréhensible, sans intérêt, dénué de réalité. Mais au collège, ça oui, les maths, c’était chouette et j’aimais ça. Telle est l’impression que j’ai eue en lisant ce livre, Le Grand Roman des maths : retrouver les maths que j’aimais, faites de mystères à éclaircir, de curiosité à déployer. Faire des maths, c’est enquêter, en somme.

Ce livre raconte des découvertes, des erreurs, des recherches artistiques, des tâtonnements, des idées, de géniales intuitions. C’est une histoire d’êtres humains confrontés à des problèmes concrets (des mesures de champs, des comptes d’animaux…) qui vont généraliser les cas de figure, trouver des invariants, établir des règles, des théorèmes…  Il me semble qu’on ne  peut qu’éprouver de la fascination pour des nombres comme Pi ou le nombre d’or. Et beaucoup d’admiration pour ceux qui ont imaginé le zéro, les décimaux, les nombres négatifs, les nombres imaginaires… Les maths nous entourent, même un ballon de foot et sa structure géométrique peuvent interpeler… On découvre dans ce livre comment ont fonctionné les premières « calculatrices », comment la dernière planète du système solaire a été découverte (par des calculs !) et plein d’autres choses encore.

Ce livre est un condensé des meilleurs moments des maths tels qu’on a pu me les raconter quand j’étais collégienne, avec quelques points supplémentaires et le talent de narration de l’auteur. Le bandeau du livre ne ment pas, Le Grand roman des maths peut faire aimer cette discipline (tant qu’on n’a rien à calculer soi-même….)

Parmi les conseils de lecture donnés en fin de livre, il y a Le Théorème du perroquet de Jean-Paul Delahaye que je lirais volontiers…

Enfin, précisons que l’auteur propose de courtes vidéos sur youtube : la chaîne Micmaths. (Je crois que je vais me plonger dans la trigonométrie avec ses vidéos.)

Le Grand Roman des maths de la préhistoire à nos jours, Mickaël Launay, éd. Flammarion, 19,90€