Tel est pris qui croyait prendre - Roald DahlTel est pris qui croyait prendre est le titre d’un recueil de nouvelles de Roald Dahl publié en Folio junior. Ne cherchez pas le titre original de ce recueil car il a été composé de toute pièce à partir de nouvelles publiées ici ou là (émanant du recueil Kiss kiss pour trois d’entre elles et, pour la première, Le Connaisseur, du recueil Someone like you, traduit en Bizarre ! Bizarre ! – c’est d’ailleurs un recueil que j’ai commencé à lire). Il faut dire que c’était tentant, ce thème de l’arroseur arrosé est présent dans plusieurs nouvelles qu’il suffisait d’associer…

Une publication Folio junior : ces nouvelles sont-elles donc destinées aux enfants ? La 4e de couverture conseille ces textes pour les plus de 11 ans. J’imagine que la notoriété de Roald Dahl s’est surtout construite sur les livres destinés à la jeunesse, on s’attend donc à le trouver en littérature jeunesse, d’où cette collection. Et pourtant, ces nouvelles ne sont pas spécifiquement écrites pour des enfants, même de 11 ans. Et je doute qu’elles plaisent à des enfants plus jeunes, quoique, cela pourrait aussi. Je n’ai pas lu ces nouvelles à voix haute à ma fille, contrairement à un autre livre dont je parlerai prochainement, mais j’aurais sans doute pu lire au moins une histoire de ce recueil. J’en ai simplement résumé une à table, je ne sais plus pour quelle raison. Peut-être pour aborder ce thème de l’arroseur arrosé.

Ces histoires sont banales en somme. Quelqu’un s’attend à gagner quelque chose mais tout s’effrite. Ce qui est original, c’est le contexte. Une histoire de braconnage, une histoire d’œnologie, un manteau de fourrure mis en gage, un meuble de grande valeur découvert par un antiquaire… A chaque fois, ce sont l’atmosphère, les préparatifs, la mise en condition qui captivent le lecteur. La minutie de l’exécution d’un plan. Le revirement ne se fait qu’en toute fin, on en tire des sourires, mais parfois on se plait à penser que cette fin aurait pu ou peut-être dû être toute autre, tant on admire le machiavélisme des personnages.

Quatre nouvelles divertissantes, bien troussées et très plaisantes à lire.

Tel est pris qui croyait prendre (Le Connaisseur, Madame Bixby et le manteau du Colonel, Un Beau Dimanche, Le Champion du monde), Roald Dahl, éd. Folio junior

(Un titre lu dans le cadre du challenge Roald Dahl dont je vous ai parlé ICI)