Emma ou les aventures d'une jeune frivoleEmma ou les aventures d’une jeune frivole d’Alexander McCall Smith  est une excellente transposition à l’époque contemporaine d’Emma de Jane Austen, rééditée récemment en format de poche (j’avais même précommandé ce roman car j’aime à la fois Jane Austen et Alexander McCall Smith – mais je ne vous apprends rien en le disant !)

Un livre qui suit la trame du roman d’Austen, mais avec un certain nombre d’audaces, ce qui est très réjouissant. Il y a beaucoup de trouvailles originales. C’est piquant, léger, avec pas mal d’humour. Je retrouve l’auteur, Alexander McCall Smith avec plaisir après l’avoir délaissé quelques mois.

Le seul défaut que je trouve à ce roman, c’est la déclaration d’amour finale, assez terne. Le personnage de Jane Fairfax aurait peut-être aussi mérité un développement un plus important. Le vieux père, alerté par tous les risques encourus dans son environnement, est crédible, passablement agaçant, mais juste ce qu’il faut pour ajouter en crédibilité. La gouvernante écossaise est la formatrice d’Emma, elle insuffle ce qu’il faut à l’enfant pour que cette dernière affiche une assurance telle que celle-ci bien sûr lui joue des tours à l’âge adulte. Mais bien sûr, c’est le personnage d’Emma lui-même vers lequel se porte toute notre attention. Ses réparties sont amusantes. C’est cependant une réplique du père avec laquelle je vais conclure ce petit avis de lecture, parce que c’est un passage qui m’a fait sourire – entre autres passages – (page 76) :

– Je ne peux pas rester ici les bras ballants et faire semblant d’être gouvernante alors que les filles dont je m’occupais ont grandi, dit-elle. C’est insensé.

– Ce sont vos origines presbytériennes qui parlent, marmonna Mr Woodhouse.

Elle le dévisagea.

– Que vient faire l’Église d’Écosse là-dedans ? Franchement, je ne vois pas le rapport.

– Si vous étiez catholique, insista Mr Woodhouse, vous n’auriez aucune difficulté avec cette idée de ne rien faire. Ça n’a jamais été un problème pour les catholiques. C’est une conception purement protestante de se sentir coupable de ne pas travailler.

Emma ou les aventures d’une jeune frivole, Alexander McCall Smith, éd. City poche, 7,90€

[Une lecture qui entre en compte dans le challenge de lectures écossaises de Livraddict.]