Pas de pot pour la jardinière de M. C. BeatonTroisième roman des enquêtes d’Agatha Raisin, Pas de pot pour la jardinière m’a amusée, le temps d’une lecture rapide, hier soir.

J’ai acheté les 3e et 4e tomes samedi dernier, en me disant que j’étais faible, parce que les romans en question ne sont pas excellents, que je le savais, et pourtant je me suis laissé prendre par les couvertures alléchantes (plus réussies à mon goût que les couvertures de l’édition originale en anglais. Illustrations réalisées par Alice Tait semble-t-il). Ces deux tomes sont parus depuis novembre 2016, mais je les ai seulement remarqués.

Finalement, le roman Pas de pot pour la jardinière est loin d’être déplaisant (alors que le 2e tome m’avait un peu agacée). J’espère que le tome 4 (Randonnée mortelle) sera aussi divertissant…

Dans ce 3e roman, on suit davantage les efforts d’Agatha pour parvenir à attirer l’attention de James, puis pour montrer son indifférence à son égard, qu’une réelle enquête, réduite à quelques discussions avec les uns et les autres avant d’avoir idée du coupable en le voyant manipuler une corde. Agatha, égale à elle-même, essaie de se valoriser, cette fois-ci en devenant subitement experte en horticulture. Sa rivale, Mary, excelle en jardinage, et Agatha ne peut certainement pas se laisser devancer sur ce terrain. Déjà qu’elle est si mince alors qu’Agatha ne peut supporter le moindre régime (les fruits lui donnent des boutons, rien de tel qu’un hamburger bien gras) et qu’elle est excellente cuisinière alors qu’Agatha se tourne à nouveau vers les plats réchauffés au micro-onde… Mais qui a le dernier mot ? Certainement pas celle qui meurt.

Un roman distrayant d’un peu plus de 200 petites pages. Vite lu, vite oublié sans doute, mais cela fait du bien de lire de petites choses futiles de temps en temps.

Agatha Raison enquête : Pas de pot pour la jardinière, M. C. Beaton, trad. d’Esther Menevis, éd. Albin Michel, 14€