Jane Austen à Scargrave Manor de Stephanie Barron« Jane Austen » est une série de romans policiers de Stephanie Barron publiée dans la collection Labyrinthes des éd. du Masque. Le prologue évoque la découverte de manuscrits de Jane Austen qui éclairent une partie de sa vie encore inconnue – rappelons qu’une partie de sa correspondance a été détruite par sa sœur Cassandra, or une partie de cette correspondance et son journal aurait survécu… Chaque roman de cette série historique et policière est le récit d’une aventure particulière que Jane Austen elle-même narrerait. Une mystification telle que celle-ci est un procédé fréquent en littérature, mais j’avoue que je ne m’en lasse pas. Mieux, j’ai réellement un faible pour ce procédé.

Dans ces romans, Jane Austen met au service son intelligence pour dénouer les fils de mésaventures et de drames. En l’occurrence, dans ce premier volet de la série, elle souhaite innocenter son amie Isobel et son neveu par alliance du meurtre du Comte, époux d’Isobel.

J’ai lu assez récemment une biographie de Jane Austen, si bien que je peux dire que l’on retrouve dans ce roman beaucoup d’éléments réellement empruntés à sa vie. L’auteure, Stephanie Barron, s’est fort bien documentée, cela se voit et c’est appréciable. Le caractère de Jane Austen est également convaincant, on retrouve avec plaisir son sens de la répartie, son sens de l’humour, tel qu’il peut apparaître dans sa correspondance notamment. Les références à l’auteure autant que les aspects historiques sont travaillés et très crédibles, c’est l’une des qualités essentielles de ce roman. Des notes de bas de page nous donnent des indications précieuses sur les us et coutumes de l’époque.

Par contre, notons que S. Barron ne copie pas le style de Jane Austen. On trouve par exemple dans ce roman un usage très important du style direct alors que Jane Austen manie, dans le cas où les paroles de personnages sont rapportées, fort élégamment le style indirect.

L’enquête est en elle-même intéressante. Chaque personnage ayant quelques affaires à cacher, de nombreuses révélations parsèment le récit, jusqu’à l’ultime découverte.

J’ai dû trouver une ou deux coquilles dans le texte, mais j’ai aussi été marquée par l’usage de deux expressions. « Œil torve » à deux reprises à quelques pages d’intervalle et « le faîte de » également à deux reprises, je crois assez proches l’une de l’autre. Difficile à dire si cela provient de l’auteure ou de la traductrice.

C’est une série très séduisante que je viens de débuter. Je ne m’arrêterai pas à ce premier volume, c’est certain ! Ce livre m’a été adressé par Miss Fox and Mr Bird, lors de notre swap épistolaire. Que ma binôme en soit grandement remerciée !

Jane Austen à Scargrave Manor, Stephanie Barron, traduit de l’américain par Corinne Bourbeillon, éd. Le Masque, coll. Labyrinthes