Les petits vieux d'Helsinki mènent l'enquêteLes « petits vieux d’Helsinki » font l’objet de trois romans : Les petits vieux d’Helsinki mènent l’enquête, Les petits vieux d’Helsinki font le mur et Les petits vieux d’Helsinki se couchent de bonne heure.

J’avais tant vu ces livres que j’ai fini par acheter et lire le premier. En 4e de couverture, on peut y lire cette phrase, tirée de Femme actuelle : « Un roman désopilant qui devrait être remboursé par la sécurité sociale ». A titre personnel, je préfèrerais que ce soit ma paire de lunettes de soleil qui soit remboursée vu que je n’ai pas droit à une 2e paire gratuite chez l’opticien, pour la simple raison que ma vue est trop basse et qu’il faudrait une correction trop importante.

Mais revenons au livre : l’humour est subjectif. L’humour des petits vieux, celui de l’auteure Minna Lingren, n’est pas le mien. J’y suis hermétique. Et comme c’est le principal ressort du livre, celui-ci a fait un grand flop. Je l’ai terminé parce que je souhaitais tout de même savoir comment tout cela finirait, mais le livre ne m’a rien apporté, si ce n’est un vague malaise sur la condition des vieillards en résidence médicalisée, sur leur situation familiale quand les enfants et les petits-enfants préfèrent voyager à travers le monde ou s’occuper de chevaux plutôt que de leur rendre visite. Enfin si, disons qu’il m’a apporté une chose : c’est la première fois que je lis un livre traduit du finnois. Les noms des personnages, les noms de lieux (il y en a tant, car les petites vieilles font du tourisme en montant dans des lignes de tram et en observant tous les nouveaux bâtiments) sont exotiques. Ce qui m’a intéressée, c’est de savoir qu’il y a de nombreux cas grammaticaux dans la langue, ce que j’ignorais. Le fait de savoir que le système linguistique du finnois est complexe m’a donc semblé plus intéressant que le roman lui-même.

Heureusement, ce livre ni les suivants ne figurent dans ce « top 10 des livres finlandais« . Il s’agirait donc pour moi, par la suite, de lire au moins un de ces dix livres dont j’ignore tout.

Les petits vieux d’Helsinki mènent l’enquête, Minna Lindgren, traduit du finnois par Martin Carayol, éd. Points, 7,50€