À la table du sultanQuentin vit paisiblement en Normandie, jusqu’à l’arrivée d’un messager annonçant une mauvaise nouvelle : son fils Pierre est prisonnier à Istanbul. Le jeune homme s’est épris de la fille du grand vizir, qui ne voit pas cette idylle d’un bon œil. Sur l’ordre du roi, François Ier, mourant, Quentin se rend dans la ville du sultan avec un présent particulier : des poules d’Inde (ou dindes), animaux qui viennent d’Amérique et élevées dans son domaine. Le voyage est périlleux, mais bien moins que le séjour dans Stambul/Istanbul. Quentin doit s’attirer les bonnes grâces du sultan, Soliman, autrefois allié de François Ier et à présent un peu en froid avec la France, mais surtout de son épouse, et pour cela montrer ses talents de cuisinier en apprêtant des dindes… Tout est surveillé au palais, les menaces sont constantes et les intrigues nombreuses.

Ce roman est l’occasion de présenter la cuisine ottomane, ses influences, ses plats traditionnels, mais aussi de donner à Quentin – et à travers lui, au lecteur – des leçons de civilisation. On apprend beaucoup sur les us et coutumes du pays et du palais de Soliman. Un large développement est notamment consacré aux eunuques, blancs et noirs, qui servent au harem ou aux appartements du sultan. On pourrait mettre en cause les mœurs orientales, mais Quentin est là pour rappeler qu’en Occident, tout n’est pas rose : les persécutions religieuses notamment font rage. Sans compter la malveillance du voisinage quand quelque chose d’inhabituel se produit, d’où certaines craintes en fin de roman sur le devenir de la jeune musulmane et des deux eunuques.

À la table du sultan est le deuxième livre de Michèle Barrière que je lis (le précédent était Meutres à la pomme d’or), mais le premier de cette série de romans avec le personnage de Quentin du Mesnil (dont c’est le 5e tome).

Ce roman est intéressant pour tout ce que l’on découvre et apprend. C’est un voyage culturel. En ce qui concerne la cuisine, on peut trouver en fin de roman quelques recettes, notamment des plats à base d’agneau cités dans le roman.

À la table du sultan, Les Aventures de Quentin du Mesnil, maître d’hôtel à la cour de François Ier, tome 5, Michèle Barrière, éd. JC Lattès, 18 € le livre papier, existe aussi en format numérique. Parution le 12 avril 2017