La Vie secrète des arbresLe titre est bien plus long : La Vie secrète des arbres, ce qu’ils ressentent, comment ils communiquent, un monde inconnu s’ouvre à nous. L’auteur, Peter Wohlleben, est un forestier allemand. Ce livre est une mine d’or. Je l’ai acheté sur un coup de tête dans le supermarché du coin, et j’ai très bien fait.

Ce documentaire est constitué de courts chapitres, il manque sans doute un peu de structuration d’ensemble, mais les informations qui sont délivrées, les observations, les analyses du forestier ou les résultats de recherche dont il fait l’interprétation, sont de tout premier ordre. Mieux, Peter Wohlleben raconte de petites histoires autour des arbres, de ses arbres, ceux de son jardin, ceux des forêts dont il s’occupe, ceux qu’il peut voir dans des parcs.

On découvre la vie des arbres, leur ténacité, leur sensibilité (oui, le terme n’est pas de trop), leur mémoire (ils sont par exemple capable de compter les jours d’ensoleillement pour établir que le printemps est de retour), leur façon de communiquer entre eux pour prévenir qu’il y a des prédateurs par exemple, leur faculté (lente, mais précieuse) d’adaptation, leur migration à travers les générations, leur empathie envers leurs descendants (qu’ils peuvent nourrir) et parfois d’autres arbres de même espèce voire d’espèces différentes (l’union fait la force dans une forêt, pour lutter contre le vent, pour rafraîchir le sol et lutter contre l’évaporation,…). C’est absolument fascinant.

On y parle aussi des prédateurs, des champignons, des parasites ou semi-parasites comme le gui, de la bonne ou de la mauvaise santé des arbres (on ne peut que prendre en pitié les arbres plantés en ville en bordure de route ou ces arbres exotiques plantés dans des parcs…), de leur couleur, de leur reproduction et du rôle que peuvent avoir oiseaux ou petits mammifères, et puis de l’homme, cet idiot qui croit gérer une forêt et lui permettre de croître au mieux en faisant des coupes sauvages.

L’auteur de La Vie secrète des arbres est pour le retour à une forêt primitive. L’expérience en Allemagne doit atteindre 5% de la forêt totale, elle est en voie de réalisation mais ne sera effective que… dans 500 ans environ, quand l’équilibre sera enfin atteint et les conditions de vie pour les arbres devenue optimale. Une phrase qui me semble de tout premier ordre pour explique sa pensée : « Dès que l’homme cessera d’intervenir, dès qu’il laissera les arbres gérer le problème, il sera résolu. » (p. 228)

Les arbres n’ont pas encore livré tous leurs secrets, loin de là. L’étude des arbres révèlera sans doute encore beaucoup de surprises à ceux qui s’y attelleront.

La Vie secrète des arbres, Peter Wohlleben, trad. de l’allemand par Corinne Trresca, éd. Les Arènes, 20,90€