Aventures en LuberonVia la plateforme Simplement, j’ai pu télécharger un eBook des éditions Numeriklivres : Aventures en Luberon, Légendes et contes modernes de Provence de Frédéric Barrès, auteur qui en est à son troisième texte dans la même maison d’édition.

Contes et terroir, le cocktail pouvait me plaire. A une époque, j’avais englouti un grand nombre de contes de telle ou telle région et il ne me déplaisait pas de renouer avec ce type de lecture. Finalement, mon avis est mitigé. La lecture n’a pas été désagréable, mais les textes me semblent manquer de saveur.

Il y a d’abord, je dois le reconnaître, une belle écriture, un vocabulaire riche – qui fait quelques emprunts aux régionalismes, comme on pourrait s’y attendre, un soin particulier donné au rythme de la phrase. Un exemple avec l’évocation du soir dans Le Piano d’ailleurs :

La journée sensiblement plus courte qu’à l’amorce de l’été laisse volontiers la place au bleu sombre de la voûte céleste dans une douce transition moirée.

Le rythme, c’est d’ailleurs aussi une chose à remarquer dans l’ensemble des textes du recueil. Le temps s’écoule paisiblement, dans la description des lieux, des conditions atmosphériques, des occupations des petites gens qui peuplent ces histoires. La vie semble paisible.

Le cadre est réaliste, sauf intervention dans quelques histoires du surnaturel, du merveilleux : une créature invisible destinée à faire le bien (La Surprise d’Édouard) suite à sa création voulue par le Patriarche (A l’origine), un poisson qui parle (Dans l’eau de la Sorgue), trois vœux qui peuvent être exaucés (Un Nouvel Aladin), une barrique de vin qui ne s’épuise jamais (A la faconde de Bacchus). Sans oublier la découverte subite d’un trésor qui permet de conclure pour le mieux un conte (La Vieille Dame, le parc et le coffret, un de mes préférés du recueil) ou une étrange lévitation (Le Piano d’ailleurs).

Il est question d’amour, d’amour filial, de traditions (dans un conte que j’ai bien aimé, Quel mariage veux-tu ?, où une future mariée s’acquitte d’un rite après que sa mère lui raconte une légende), de bons vins, de chasse, de fêtes locales, de moments où l’on s’attarde pour goûter le moment présent.

Ces contes sont des petits instants de vie qui entourent le lecteur d’une atmosphère paisible, ouatée. C’est trop calme, à certains égards. Les chutes manquent souvent de piquant, rien ou presque n’est aventureux (contrairement à ce qu’annonce le titre). Pour moi, ces textes sont jolis d’un point de vue formel, mais j’éprouve peu d’attrait pour le fond : l’histoire à proprement parler est quasi inexistante, il s’agit davantage de décrire que de raconter. Cette lecture est donc une semi-déception.

Vous pouvez lire un extrait du recueil ICI.

Aventures en Luberon, Légendes et contes modernes de Provence, Frédéric Barrès, éd. Numeriklivres, 10€ le livre papier, 4,99€ l’eBook