Des Femmes remarquables de Barbara Pym vient d’être réédité dans la collection Vintage des éditions Belfond. Cette collection est ainsi décrite :

[Elle] redonne vie à des livres introuvables, qu’il s’agisse de classiques tombés dans l’oubli, de textes injustement méconnus ou de curiosité littéraires. Tendres ou violentes, drôles, passionnées, subversives, à lire pour le plaisir et pour la liberté de ton, les fictions Belfond Vintage sont emblématiques d’une époque ou d’un moment décisif dans le cheminement d’une œuvre.

Des femmes remarquablesC’est le premier livre de Barbara Pym que je lis. Si j’en trouve d’autres, je les lirai certainement, car j’ai beaucoup apprécié le roman Des Femmes remarquables. L’auteure relate la vie d’une femme très commune, de son voisinage, et réussit le tour de main d’en faire une oeuvre très plaisante grâce à un humour léger omniprésent.

Mildred, fille de pasteur, vit dans un appartement avec salle de bain commune. De nouveaux locataires s’installent. Il s’agit d’un couple formé par Helena, une anthropologue qui n’a aucun don pour les tâches ménagères et d e Rocky (de son diminutif), un officier de bel prestance. Autour de Mildred s’organise la vie de la paroisse, avec le pasteur, célibataire, sa soeur, amie de Mildred, qui tient son ménage, quantité de dames remarquables adeptes des ventes de charité et promptes à diffuser des cancans. Un ami d’Helena, anthropologue également, l’ex-co-locataire de Mildred, Dora, et le frère de cette dernière complètent le tableau des personnages… jusqu’à l’arrivée d’Allegra, locataire du couple formé par le pasteur et sa soeur. Quand on est une vieille fille, à quoi passe-t-on ses journées ? A s’occuper des uns et des autres, à leur faire du thé pour les réconforter, à essayer d’éviter les situations malencontreuses sans y parvenir. La vie de Mildred, si rangée, est finalement cocasse. Et la pauvre Mildred s’en rend parfaitement compte…

Le rôle avait certes quelque noblesse, j’en convenais : mais il n’en était pas moins, comme la plupart des nobles actions, un tantinet réfrigérant. (p. 198/254)

C’est un fait notoire que les filles de pasteur et leurs semblables, femmes certes admirables à leur façon, se précipitent parfois tête baissée dans des situations que d’aucuns, d’un moindre mérite, éviteraient soigneusement. (p. 219/254)

Des Femmes remarquables est un roman délectable qui narre les petits riens de l’existence avec juste ce qu’il faut de pointes d’humour pour faire sourire de situations a priori peu engageantes. Le point de vue de Mildred, accompagné d’auto-dérision, est un vrai bonheur à lire.

Des Femmes remarquables, Barbara Pym, trad. de Sabine Porte, éd. Belfond, coll. Vintage, 17€, existe aussi en format numérique