Pour le meilleur et pour le pireDeux nouveaux volumes des enquêtes d’Agatha Raisin sont parus il y a une quinzaine de jours aux éditions Albin Michel. Le tome 5 s’intitule Pour le meilleur et pour le pire. Le titre fait référence au mariage d’Agatha et de son séduisant voisin James. Mariage qui n’a bien sûr pas lieu, comme je le supposais à la fin du volume 4. Le premier mari d’Agatha refait surface, ce qui annule le nouveau mariage, pour disparaître à nouveau, mais cette fois-ci définitivement. Agatha ou James seraient-ils mêlés à cet assassinat ? Pour se disculper, ils mènent l’enquête.

Et voilà que les morts s’accumulent, parce qu’ils remuent la merde comme on le fait gentiment remarquer à Agatha. Grâce à leurs questions, leurs enquêtes de voisinage (en buvant du café ou du whisky), les langues vont-elles se délier ? Qui Jimmy, le mari d’Agatha, faisait-il chanter ?

Le roman est amusant à lire, comme d’habitude, mais n’a rien de sensationnel et je me demande encore pourquoi je continue à suivre cette série – comme beaucoup vu le succès rencontré. C’est sans doute, ça, sa réussite : être plutôt médiocre (avec tout de même quelques bonnes pages), mais donner envie de lire. Résultat : je ne peux pas m’empêcher d’acheter chaque volume qui sort. Et comme ils sortent deux par deux, vous comprenez de suite que vous aurez droit à la même remarque que celle-là d’ici peu, quand je noterai quelques lignes sur ma lecture du tome 6, Vacances tous risques.

L’enquête de Pour le meilleur et pour le pire part dans tous les sens, comme d’habitude, et c’est souvent par hasard que l’on finit par découvrir des informations. James et Agatha soufflent le froid et le chaud : quand l’un semble attiré par autrui, l’autre est jaloux, mais quand ils sont ensemble, ils parlent du temps… ou de leur enquête bien entendu. Le personnage d’Agatha est un peu plus sensible qu’à ses débuts, elle remarque elle-même qu’elle s’est bonifiée, ne disant pas toujours ce qu’elle pense avec brusquerie. Cela n’empêche pas certaines remarques, comme celle-ci, p. 99 :

Maddie dit, Maddie dit, railla Agatha d’une voix étranglée. Vous croyez que c’est son cul qui brille dans le ciel à midi ?

Son franc-parler et sa mauvaise humeur font partie de ses traits principaux…

A la fin du tome 5, on apprend que James est parti en vacances à Chypre – où devait se dérouler leur voyage de noces. Agatha, qui vient de promettre une nouvelle fois à Roy de retravailler pour une durée de six mois, décide de partir sur le champ pour la même destination. Le récit de ces vacances fait l’objet du tome 6… A suivre !

Lecture faite dans le cadre du challenge Écosse de Livraddict (car l’auteure est écossaise).

Pour le meilleur et pour le pire, Agatha Raisin enquête tome 5, M. C. Beaton, trad. Françoise du Sorbier, éd. Albin Michel, 14€