Hôtel New HampshireHôtel New Hampshire est le troisième roman de John Irving que je lis, après Une Veuve de papier et A moi seul bien des personnages. Irving est un auteur que j’ai découvert tardivement, mais que j’entends continuer à lire longtemps. J’adore ses romans. Hôtel New Hampshire est – je ne vois pas quel autre mot utiliser – brillant.

La gestion de la temporalité y est excellente. Il y a aussi une volonté de constituer une boucle, de réellement finir le livre, d’apporter une conclusion : l’ourse réapparaît à la fin, le viol initial aussi, la mort d’un enfant trouve un écho dans la naissance à venir, le père devient un nouveau Freud, ou un nouveau coach Bob… La vie semble cyclique.

Je m’imagine mal vous faire un résumé du roman. Que dire ? Que c’est l’histoire d’une famille ? Une histoire d’ours plus ou moins intelligent ? L’histoire de trois hôtels successifs qui portent tous le même nom ? Une histoire de chien qui semble ressusciter et ressusciter encore ? On peut tirer bien des ficelles, tout est si étroitement mêlé, tissé… C’est surtout une histoire magistralement contée, cocasse et tragique, et voici ce que je pense retenir de ce livre : une belle écriture et une belle composition.

Je pensais lire ce livre dans le cadre du challenge « BBC ». Raté, c’est Une Prière pour Owen qui fait partie de la liste. Mais ce titre-là fait aussi partie de ma pile de livres à lire. Ce sera peut-être mon prochain Irving…

Hôtel New Hampshire, John Irving, éd. Points (je vous place la 1e de couverture du livre que je possède, c’est une vieille édition car j’ai acheté le livre d’occasion.)