Je suis en retard ce mois-ci pour mon traditionnel billet mensuel. C’est à cause des vacances, de mes déplacements fréquents et de l’absence de connexion.

On m’a fait remarquer récemment qu’il était injuste de critiquer un livre sans l’avoir lu entièrement. J’ai un point de vue différent. Si je ne lis qu’une dizaine de pages, il est évidemment difficile d’émettre un avis. Je suis cependant parfois censée le faire (quand il s’agit d’un service presse). Je m’en sors alors en expliquant pourquoi j’ai arrêté ma lecture. Exemple : Giny Moon que j’ai été incapable de lire. Et puis il y a tous les livres que rien ne m’oblige à lire. Je n’aime pas nécessairement ce que je lis, je persévère sur 100, 200 pages… et puis abandonne, faute de goût pour le texte. Il y a nécessairement des choses qui me dérangent, la façon d’écrire ne me convient pas, c’est trop simpliste, trop ceci ou pas assez cela. Au bout de 100, 200 pages, voire plus, j’ai quand même eu le temps de me faire une idée précise du texte, de son rythme, des structures des phrases, etc. Alors, cet avis que j’émets, en quoi serait-il illégitime ? Il est le produit d’une réflexion sur le texte, même si cette réflexion ne couvre pas tout le texte. Comment croyez-vous que l’on peut juger un manuscrit, par exemple ? Croyez-vous que chaque éditeur, maison d’édition en général, lise tous les textes reçus, de bout en bout ? Ce serait ingérable. Heureusement, on peut saisir un certain nombre de qualités et de défauts en quelques pages, ce qui peut amener à lire le texte intégralement ou à cesser sa lecture. Il en est de même pour le lecteur lambda. Cela dit, je peux comprendre que certains lecteurs peuvent fonctionner différemment.

Je me suis demandé si j’allais laisser la possibilité de commenter mon blog, parce que recevoir des commentaires de fans de tel ou tel auteur, qui vilipendent ce que je raconte parce que je n’aime pas ce qu’eux-mêmes adorent, est pénible. On ne peut pas discuter avec des membres d’un fan-club. Le fan est irraisonnable par définition. Cependant, me passer de commentaires, ce serait me passer de commentaires judicieux. Il y en a parfois (même si dans la majorité des cas, il n’y a pas de commentaire du tout). Quand on me fait remarquer que j’ai laissé traîner des fautes d’orthographe, c’est une bonne chose. Je n’aime pas laisser des textes négligents. Cela doit m’arriver fréquemment, hélas. Rien que pour cela, la possibilité de commenter se justifie… Je n’ai pas encore tranché la question, d’où le statu quo.

La rentrée se fera sur les chapeaux de roue. A partir du 21 août, les rendez-vous vont s’enchaîner. Cela devrait se calmer à la mi-septembre. Je pourrai alors sans doute me remettre à coudre…

A propos d’activités manuelles, pour ceux qui suivent mes aventures sur a little market : la boutique Le zébu fait des bulles va fermer, car A little market cesse d’exister. Le site se fond dans Etsy. Je ne créerai pas de boutique sur Etsy. Perte de temps ! Je montrerai de temps à autre sur le blog du zébu ce que je réalise. Si un jour quelque chose vous intéresse, je peux réaliser une pièce semblable, sur commande, voilà tout. Il suffit de me contacter pour en discuter.