Sky HawkL’alliance du manga et du western est assez étrange, mais Sky Hawk de Jirô Taniguchi est réussi. J’ai trouvé ce manga d’assez grand format à la bibliothèque et viens d’en terminer la lecture… Ma fille a commencé à le lire aussi.

Deux Japonais, des samouraïs, sont arrivés en Amérique où ils ne trouvent pas leur place, jusqu’à ce qu’ils rejoignent des Indiens, des Sioux Oglalas. Leur principe de vie leur convient et ces Japonais, devenus Sky Hawk et Winds Wolf. Ils combattent à leur côté les « tuniques bleues », les blancs qui tuent les bisons, saccagent la terre sacrée des montagnes noires, ne respectent aucun traité. Ils combattent pour ce qui est juste en enseignant aux Indiens les techniques qu’ils maîtrisent (arts martiaux, fabrication d’arcs puissants, combat à main nue).

Ce manga, Sky Hawk, présente beaucoup de scènes de combats. On ne peut qu’admirer la grande beauté des dessins. Un ennemi fédérateur, Custer, est tué en toutes dernières pages. On termine ainsi le manga sur une grande victoire indienne, alors que la suite de l’histoire, succinctement résumée, est moins glorieuse, chacun devant se soumettre (et rejoindre une réserve où les Indiens sont sédentarisés, contrôlés) ou fuir.

Les Oglalas, tout comme les deux guerriers japonais, sont sensibles au paysage, à l’harmonie de la nature. L’importance des saisons, de leur cycle, est introduite par de fréquentes mentions du mois où l’histoire se déroule, et ces mois sont désignés de manière imagée ou fonctionnelle – en fonction des récoltes, de la chasse…

Un manga surprenant et intéressant.

Sky Hawk, Jirô Taniguchi, éd. Casterman, coll. Sakka, 12,95€