La Fille dans le verreVoilà un titre qui m’a fort agréablement surprise ! La Fille dans le verre de Jeffrey Ford m’a été adressé par ma binôme du swap « chaussette de Noël », il y a bientôt un an. Je n’en avais jamais entendu parler, je ne connaissais pas l’auteur, le livre ne figurait pas dans ma liste de souhaits. Ma binôme a pris un risque… et elle a très bien fait puisque j’ai beaucoup aimé ce roman policier.

Au temps de la prohibition, aux États-Unis, un groupe de trois individus s’adonne au spiritisme. Ou plutôt fait mine de dialoguer avec les morts, car ce sont des escrocs qui montent minutieusement leur arnaque. On est si crédule quand on a perdu un être cher… Seulement, un soir, apparaît à l’un d’entre eux l’image d’une fille qui, quelques jours plus tard, fait l’objet d’un article de journal dans lequel on annonce sa disparition. Fini l’escroquerie, la bande va essayer d’enquêter, gracieusement qui plus est. L’aide de quelques comparses, phénomènes de foire et autres petits escrocs, leur est acquise. Sans compter qu’une medium semble vouloir elle aussi retrouver cette jeune fille.

Le roman est écrit à la première personne. C’est le plus jeune élément de la bande, un jeune homme de 17 ans, qui raconte cet épisode marquant de sa vie. D’origine mexicaine, il vit clandestinement aux États-Unis en se faisant passer pour un fakir. Les Mexicains, à cette période, se faisait renvoyer chez eux. Et dans certains milieux, on n’appréciait guère les étrangers. Certains membres du Ku Klux Klan manifestent de la nostalgie et un fou entretient des expériences pseudo-scientifiques d’eugénisme.

C’est un très bon roman, pourvu d’une grande originalité. Le milieu interlope dans lequel gravitent ces trois comparses fait partie du charme de ce roman. Y compris les réflexions sur l’arnaque, et les stratagèmes mis au point pour se sortir de toute situation. Un livre qui a obtenu le prix Edgar Allan Poe en 2006 – et c’est bien mérité.

La Fille dans le verre, Jeffrey Ford, éd. Folio, 8,20€