PILPIL est un manga de Mari Yamazaki dont j’ai déjà lu tous les tomes de Thermae Romae. (Voir aussi mon billet de blog sur le tome 1). L’histoire met en scène une jeune lycéenne, Nanami, qui se sent mal à l’aise dans son école privée, au milieu de ses camarades fortunées. Elle vit avec son grand-père pendant que sa mère poursuit sa carrière de chanteuse. Ce grand-père a un cœur d’artichaut, est naïf, dilapide le peu d’argent qu’il possède. Nanami cherche à acquérir son indépendance, mais y est aussi acculée quand l’argent vient à manquer pour se nourrir. Elle effectue des petits boulots. Grande amatrice de musique punk anglaise, elle rêve de partir à Londres, où son grand-père a déjà séjourné. Malgré les conflits entre grand-père et petite-fille, chacun prend soin de l’autre.

J’aime bien les dessins de Mari Yamazaki, les visages et leurs expressions notamment. L’histoire est en partie autobiographique, l’auteure le raconte à la fin du manga.

PIL (du nom du groupe Public Image Limited qu’écoute Nanami) est un manga en un seul tome que j’ai emprunté à la bibliothèque. Je l’ai trouvé frais et agréable.

PIL, Mari Yamazaki, trad. du japonais de Ryoko Sekiguchi et Wladimir Labaere, éd. Casterman, coll. Écritures, 15€