Aujourd’hui, j’ai reçu un texto qui disait que j’avais pu réconcilier la personne qui m’écrivait avec la lecture et que j’étais à présent sa bibliothécaire personnelle. Plutôt chouette, non ? Surtout pour moi qui souhaitais, il y a plusieurs années, justement devenir bibliothécaire.

Tout a commencé par un texto – encore. La personne, appelons-là J., me demande si je n’ai pas un bouquin à lui prêter car elle trouve les week-ends automnaux trop longs et aimerait réessayer de lire, après des années d’interruption. Il fallait que je choisisse pour elle, car elle ne savait jamais quoi prendre quand elle se rendait à la bibliothèque, rien ne la tentait vraiment. Elle voulait des lectures légères, mais pas trop quand même. Je lui ai apporté deux livres, Les Délices de Tokyo, car je connaissais son goût pour la pâtisserie, et Une Héroïne américaine, car je pensais que l’histoire de cette femme qui avait inventé le concept des réunions Tupperware l’intéresserait aussi. Bingo ! J. m’avait dit qu’elle mettrait sans doute un bon mois pour lire un livre. Cela fait tout juste une semaine et elle arrive au bout du 2e livre. Elle attend le réapprovisionnement…

Je ne sais pas si les livres que j’ai prévu de lui prêter à présent lui conviendront autant, mais rien ne coûte d’essayer. Il s’agira de Hôtel des Muses et de Certaines n’avaient jamais vu la mer.