Le Loup en slipSi vous n’avez pas encore lu Le Loup en slip, courez le chercher et lisez-le, à vos enfants bien sûr, mais aussi à vous-même.

Samedi, nous étions de sortie à Grenoble, ce qui n’est pas chose courante. Nous sommes passés à la librairie Glénat pour utiliser des bons d’achat pour les enfants. Pour mon fils cadet, j’ai choisi immédiatement ce fameux « loup en slip », le premier album dont j’avais beaucoup entendu parler, Le Loup en slip, et le deuxième, qui venait juste de sortir, Le Loup en slip se les gèle méchamment.

Le Loup en slip se les gèle méchammentLecture a été faite aussitôt, puisque le repas semblait compliqué si je ne parvenais pas à calmer mon fils et pour cela, rien ne vaut un livre. Pour un enfant, c’est chouette, il y a de grandes images, des paroles des uns et des autres sur toute la page (et non pas seulement une narration extérieure), le slip du loup est rouge et blanc à rayures, donc contrasté et bien repérable, un loup en slip, c’est rigolo aussi. Le premier niveau de compréhension peut déjà satisfaire. Si on saisit davantage le propos, on comprend que tous les pièges, conférences sur la peur du loup, brigade anti-loup et on en passe sont disproportionnés, et même complètement inadaptés : ce qu’il convenait de faire, c’était traiter la cause. Une chouette sur son arbre s’en est occupée seule en tricotant un slip. Le remède est cocasse, la réponse de la chouette épatante. C’est très drôle. Faut-il regretter l’existence de ce slip qui ruine le commerce anti-loup ? Impossible d’entretenir la peur, désormais… (Mais alors, s’ils n’ont pas été mangés par le loup, que sont devenus les petits cochons ? Là encore, un grand moment de rire quand on comprend.)

Le premier album est excellent. Rien d’autre à ajouter.

Le deuxième album est un peu moins bon, parce que moins cocasse, parce que la phrase « on se les gèle » ne se comprend pas comme « on laisse telle personne se geler » (ou alors c’est une façon de s’exprimer qui existe mais que je ne comprends pas… Après tout, chaque zone géographique a ses expressions et peut-être celle-ci a cours ailleurs). Ce qu’aime mon fils, c’est voir le loup se métamorphoser en méchant loup avec le regard fou. Cela ne rigole pas si le loup n’est pas content, et tous les animaux qui ont froid sont de la partie, alors gare à ses miches ! La phrase de conclusion est bien trouvée. Ce n’est pas parfait, mais c’est « moins pire »…

Au final, deux bons albums, mais j’ai une préférence très nette pour le premier. Si vous avez un budget limité, si vous devez choisir l’un ou l’autre album, c’est donc le premier que je vous conseille d’acquérir.

Le Loup en slip et Le Loup en slip se les gèle méchamment, dessins et couleurs de Mayana Itoïz, texte de Paul Cauuet, scénario de Wilfrid Lupano, éd. Dargaud, 9,99€ l’album