Éloge du voyage à l'usage des autistesDeuxième livre de Josef Schovanec que je lis, après Je suis à l’Est !, Éloge du voyage à l’usage des autistes et de ceux qui ne le sont pas assez (pour son titre complet, comme une boutade) est comme son nom l’indique, un éloge du voyage, du dépaysement, des destinations mal connues…

Hors du tourisme de masse, Josef Schovanec évoque des moments particuliers, des rencontres particulières, des lieux de passage, les mots et sensations qu’ils évoquent, avec de nombreuses références à l’étymologie, des rapprochements linguistiques entre les langues (et des passages fortuits de l’une à l’autre langue au gré des sonorités). C’est un éloge du voyage loin de sentiers battus – et loin de cette formule utilisée par tous les organismes de voyage. Loin de notre ethnocentrisme. Une particularité d’un pays peut surprendre ailleurs, être mal comprise. Chaque être humain, avec sa propre culture, détonne dans un autre environnement. Et finalement, être autiste dans ces conditions, ce n’est pas être plus bizarre que d’être étranger aux coutumes locales…

Ce que j’ai aimé dans ce livre, c’est le franc parler de l’auteur, son bon sens, qui égratigne en passant certaines habitudes ou pensées. Je n’ai pu qu’acquiescer à certains propos et sourire bien souvent. Dans les dernières pages par exemple, Josef Schovanec évoque le TGV, train que l’on croit, en France, capable de rivaliser avec les meilleurs trains. C’est avoir des œillères que de le penser… L’auteur nous explique en quoi notre vision est faussée.

Une lecture sympathique.

Éloge du voyage à l’usage des autistes et de ceux qui ne le sont pas assez, Josef Schovanec, éd. Plon