Sherlock Holmes à ChamonixSherlock Holmes revient dans les Alpes où il a séjourné étant plus jeune (Écrins fatals ! et Sherlock Holmes et le Monstre de l’Ubaye) alors qu’il a soixante ans. Il prend à nouveau la plume pour narrer une aventure dont Watson n’est pas le dépositaire dans Sherlock Holmes à Chamonix.

Whymper, l’alpiniste, enquête sur la première ascension du Mont Blanc : qui de Paccard ou de Balmat a réellement ouvert la voie ? Et quelle est cette mine qu’indique une carte de Paccard ? Pourquoi les Prussiens sont-ils tant intéressés par cette indication ? Whymper, l' »oncle » de Sherlock Holmes, appelle ce dernier à la rescousse, mais ne tarde pas de passer de vie à trépas. Aurait-on assassiné l’alpiniste ?

Sherlock n’a plus la force physique d’antan. Heureusement, il peut compter sur Gaston, un guide mi-savoyard mi-marseillais au parler truculent, pour l’aider. Un être maléfique au chapeau melon rôde, une dame en noir fait état de ses connaissances en psychanalyse, un médecin soigne ses patients en perforant un de leurs poumons, Miss Hudson en convalescence s’administre des doses de whisky et Sherlock perd momentanément la vue.

Roman d’aventure qui met simultanément en scène personnages historiques et fictifs, Sherlock Holmes à Chamonix a pour toile de fond la géopolitique de ce début du XXe siècle, la tension d’avant-guerre. A nouveau, la part belle est faite aux Alpes et aux hommes qui vivent avec et pour la montagne. Le personnage de Sherlock n’est pas au mieux de sa forme intellectuelle, donnant l’occasion de sourire. On pourrait même trouver plus d’intérêt à d’autres personnages du récit, bien campés, comme le guide mentionné plus haut.

Sherlock Holmes à Chamonix, Enquêtes sur la mort de Whymper et sur la première ascension du mont Blanc, Pierre Charmoz, Jean-Louis Lejonc, éd. Ginkgo, 9€